Armée

Rentrée judiciaire du Tribunal militaire d’Abidjan

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – Le tribunal militaire d’Abidjan s’enrichit de 100 juges, cinq magistrats et de trois greffiers militaires qui ont prêté serment lors de la rentrée judiciaire 2022-2023.

La rentrée judiciaire du tribunal militaire est célébrée chaque année et offre l’occasion à toute la famille judiciaire de se réunir et de recevoir les nouveaux venus, notamment des nouveaux juges, magistrats et greffiers.

Les nouveaux impétrants ont prêté serment ce jeudi 22 décembre 2022, en présence du ministre de la Promotion de la Bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption, Epiphane Zoro Ballo, représentant le ministre d’Etat, ministre de la Défense.

Faisant le bilan de l’exercice judiciaire précédent, le contre-amiral Ange Kessi, commissaire du gouvernement, a indiqué que « près de 1.200 dossiers correctionnels et criminels » ont été jugés, mais « il en reste encore un millier ».

« Devant le tribunal militaire, les enquêtes aboutissent toujours », a-t-il rassuré, invitant tous ceux qui ont des dossiers à venir s’enquérir de l’état d’avancement, parce que l’enquête d’une affaire peut durer trois mois, cinq ans ou dix ans.

En outre, le tribunal militaire d’Abidjan compte neuf magistrats « pour près de 50.000 personnes », ce qui rend la tâche « compliquée ». Le contre-amiral Ange Kessi, a appelé les autorités à créer deux tribunaux militaires, à Bouaké (centre) et à Daloa (Ouest).

Ces juges, qui sont des accesseurs, sont nommés par le président de la République chaque année. Ils sont de divers grades, du grade de général à sergent et chargés de juger leurs camarades qui vont commettre des infractions à la loi pénale.

Le commissaire du gouvernement a indiqué que cette nouvelle année judiciaire est placée sous le signe de l’excellence. Pour ce faire, « il faut que les nouveaux magistrats qui arrivent sachent que nous sommes au service de la population, au service du peuple et au service du droit ».

Le bâtonnier de l’Ordre des avocats, Me Claude Mentenon, a fait observer « qu’il n’y a pas à proprement parler de justice militaire, mais tout simplement de la justice tout court, même si elle est rendue suivant diverses modalités de procédures judiciaires par des tribunaux distincts ».

« Il n’y a pas la justice des militaires, encore moins celle de l’administration, du civil ou du commerçant. Il y a qu’une seule justice, à la fois sentiment et vertu qui s’applique distinctement à chacun de nous selon les activités de circonstances même si des tribunaux spécialisés sont constitués pour la rendre ».

« Que d’exactions de racket sur les routes, de meurtres, d’assassinats en temps de guerre et en temps de crise, en temps de relative paix ou d’enlèvements n’avons-nous assisté la décennie écoulée qui interroge la responsabilité des forces armées », a-t-il lancé.

Cette cérémonie solennelle de rentrée judiciaire et de prestation de serment de magistrats, juges et greffiers militaires, consacre à la fois la fin des activités judiciaires de 2021-2022 et ouvre l’exercice 2022-2023 du tribunal militaire d’Abidjan, créé depuis 1974.

AP/APA

Commentaires
Haut