Justice

Attentat terroriste de Grand-Bassam : plaidoirie de la défense

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – Le Tribunal criminel de première instance d’Abidjan a clos les débats ce jeudi 22 décembre 2022 et renvoyé son verdict pour le 28 décembre 2022.

Le procureur de la République, Richard Adou, représentant le ministère public, a soutenu que les prévenus ont eu un « rapport » avec Kounta Dallah, l’un des organisateurs de l’assaut de la station balnéaire de Grand-Bassam, qui a fait 19 morts et 33 blessés le 13 mars 2016.

Dans son réquisitoire, le procureur Richard Adou, a demandé au Tribunal criminel de première instance d’Abidjan d’infliger aux accusés l’emprisonnement à perpétuité, la sanction pénale pour les crimes les plus graves. Pour les faits de terrorisme, le Code pénal prévoit une peine allant de 10 à 20 ans.

« Mes clients sont innocents, ils jouissent de la présomption d’innocence », a répliqué Me Eric Saki, l’un des avocats de la défense, lors de la session de plaidoirie, faisant remarquer qu’ils ne font pas partie des trois jihadistes formellement identifiés à l’issue de l’attaque.

« En aucun moment (l’accusation) n’a pu les rattacher aux faits poursuivis, on s’est contenté seulement de dire qu’ils avaient une proximité avec celui qu’on appelle Kounta Dallah », l’un des auteurs de l’attaque, a déclaré à la presse Me Éric Saki, l’un des deux avocats de la défense.

« Avoir une proximité avec quelqu’un, est-ce que cela fait de vous son complice, est-ce qu’on emprunte la criminalité d’autrui ? Voici toute la question qu’il revient au parquet d’apporter les preuves qui justifient que nos clients avaient joué un rôle quelconque ou avaient pris part d’une manière ou d’une autre aux faits qui leur ont été reprochés », a dit Me Éric Saki.

Me Saki a soutenu que la proximité de ses clients avec Kounta Dallah n’en fait pas autant ses complices. Il a relevé par ailleurs que « la matière pénale est d’interprétation stricte et l’interprétation par analogie n’est pas possible ». En clair, l’accusation doit produire la preuve qu’ils sont responsables » des délits qui leurs sont reprochés.

Ordonnance de non-lieu partiel

Au cours des débats, Me Éric Saki a fait observer « qu’il y a des accusés qui avaient fait l’objet de non-lieu, c’est-à-dire qu’ils n’auraient pas dû se retrouver devant le tribunal criminel de première instance d’Abidjan-Plateau, mais qui se sont retrouvés devant le tribunal criminel ».

« Nous étions donc obligés de dire sur la base des dispositions de l’article 237 du Code de procédure pénale que, bénéficiant de l’ordonnance de non-lieu partiel, en ce qui les concerne, elle est devenue une ordonnance définitive, il y avait donc lieu pour le tribunal de les acquitter », a-t-il poursuivi.

Selon Me Degré Kouassi, l’un des Conseils de la défense, « bien avant cette audience criminelle, il a été notifié qu’il y a sept personnes qui sont concernées par l’ordonnance de non-lieu partiel et sur tous les chefs d’accusation parmi les 18 personnes accusées ».

Sur les 11 accusés restants, il y a « quatre ou cinq à qui l’ordonnance défendait de comparaître seulement sur certains chefs d’accusations, c’est ce qui justifie le non-lieu partiel », a mentionné Me Degré Kouassi, précisant que des chefs d’accusation concernant ces prévenus devaient pouvoir être jugés par le tribunal.

« Donc, on ne devrait pas pouvoir les juger sur tout, parce que le juge d’instruction avait dit qu’on ne devrait pas les juger sur certains faits ; et quand la Chambre d’instruction rend son ordonnance de renvoi et qu’elle les ramène devant le tribunal, nous disons qu’il y a vice de procédure, alors il y a une irrégularité en violation de la loi notamment l’article 237 » du Code pénal, a expliqué Me Degré Kouassi.

Le procès dans l’affaire Kounta Dallah et 17 autres s’est ouvert le 30 novembre 2022 avec à l’appel des prévenus cités dans l’affaire de l’attentat terroriste de Grand-Bassam. Les uns pour complicité tandis que les autres répondent des faits actifs dans les meurtres perpétrés lors de l’attaque.

Derniers mots des accusés

Quatre prévenus ont comparu durant le procès. Il s’agit notamment de Kounta Sidi Mohamed; Barry Hassan; Cissé Hantao AG Mohamed et Kounta Mohamed. Le juge principal leur a donné l’occasion de s’exprimer avant le prononcé du verdict attendu dans une semaine.

« Vous êtes le seigneur de la vérité et le sauveteur ; et je compte sur vous », a laissé entendre Kounta Sidi Mohamed dans sa déclaration à la barre, avant d’ajouter « je ne suis pas celui que les gens pensent, je déteste ces accusations ».

Pour sa part, Kounta Mohamed, a dit être en Côte d’Ivoire depuis 1987 et avoir « confiance en la justice » ivoirienne. Il a en outre déclaré ne pas connaître ce que veut dire le terrorisme et ne pas être au courant de ce qui se tramait sur l’attaque de la station balnéaire de Grand-Bassam. « Je suis un pauvre qui se débrouille avec sa voiture. J’ai eu cinq enfants en Côte d’Ivoire et le pays m’a tout donné », a-t-il dit devant le juge, insinuant qu’il a conduit Kounta Dallah, le cerveau présumé sans savoir ses intentions.

Dans de brefs mots, Barry Hassan, l’un des accusés à la barre, n’a pas reconnu les faits qui lui sont reprochés, ajoutant « je n’ai jamais servi de chauffeur à Kounta Dallah » durant son séjour à Abidjan. « Je n’ai rien fait », a dit Cissé Hantao AG Mohamed, s’exprimant dans un français approximatif.

Sur 18 prévenus attendus, seulement quatre ont comparu devant le Tribunal criminel pour répondre des faits d’actes terroristes, assassinat, tentative d’assassinat, recel de malfaiteurs, détention illégale d’armes à feu, de munitions de guerre et de complicité desdits faits. Quelques témoins étaient présents à l’audience sur environ 90 témoins convoqués par le tribunal.

L’attaque a été revendiquée par Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) qui l’a attribué à sa branche Al Mourabitoune qui venait de commettre quelques semaines plus tôt, en janvier à Ouagadougou, au Burkina Faso un attentat dans lequel 30 personnes ont été tuées.

Pour cet assaut, les jihadistes ont aussi diffusé les images du commando constitué des nommés Hamza al-Fulani, Abd ar-Rahman al-Fulani et Abu Adam al-Ansari. Alors que le supposé commanditaire, Mohamed Ould Nouini, commandant au sein d’Al Mourabitoune a été éliminé par l’armée française en 2018.

L’un des principaux organisateurs, Mimi Ould Baba Ould Cheikh est encore en vie, mais en détention au Mali. Fawaz Ould Ahmed dit Ibrahim 10 lui également, impliqué dans cet attentat, a été jugé en octobre dernier au Mali et condamné à mort pour avoir participé aux attaques, en 2015, du bar-restaurant La Terrasse et de l’hôtel Radisson Blu à Bamako.

AP/APA

Commentaires
Haut