Burkina Faso

« Nous aimerions que la Russie prenne la place qui lui revient dans mon pays » (Premier ministre)

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) – Le chef du gouvernement de Transition a accordé une interview à la chaîne russe, Rt France, au cours d’une « visite secrète » à Moscou. Diffusée ce mardi 20 décembre 2022, il a appelé au renforcement des relations entre les deux pays et invité la Russie à s’engager plus dans la lutte contre le terrorisme au Burkina.

Le Burkina Faso souhaite que la Russie devienne « un allié » dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, « comme tous nos partenaires », a affirmé Me Apollinaire Kyelem de Tambèla. Il a dit avoir rencontré plusieurs personnalités russes avec qui il a discuté de lutte contre les groupes jihadistes qui écument le pays depuis plus de sept ans.

« Actuellement la priorité des priorités c’est le domaine sécuritaire, donc nous en avions discuté. Nous espérons que d’ici quelques temps seulement nous allons gérer ce problème, mais au delà de ça, il faut que nos relations se poursuivent », a indiqué le Premier ministre.

En dehors de la question sécuritaire, Me Kyelem de Tambèla a insisté sur le renforcement des « relations de coopération dans tous les domaines possibles entre la Russie et le Burkina Faso ».

Il a énuméré, entre autres, les échanges commerciaux, la culture, les transports ou encore la santé. « Nous aimerions que ces relations se renforcent davantage, c’est la raison de ma présence ici à Moscou », a-t-il expliqué.

Le chef du gouvernement de transition a regretté que les relations entre les deux nations se soient détériorées après la chute de l’Union soviétique, mais aussi le changement de régime au Burkina, en référence à l’assassinat de Thomas Sankara en octobre 1987.

« Sous le président Thomas Sankara, les relations étaient suivies entre l’union soviétique et le Burkina Faso (…). La compagnie soviétique aeroflotte venait à Ouagadougou et tout ça s’est arrêté. Il y avait une ambassade, un centre culturel soviétique au Burkina Faso et à un moment donné, tout cela s’est arrêté », a regretté Apollinaire Kyelem de Tambèla qui a plaidé surtout pour une réactivation des relations entre les deux nations.

Appolinaire Kyelem de Tambèla a estimé que la Russie est une grande nation alors qu’elle est « pratiquement inexistante » au pays des hommes intègres.

« Nous aimerions que la Russie prenne la place qui lui revient en tant que grande nation dans mon pays parce qu’il y a une expérience de la Russie et nous aimerions qu’elle partage cela avec nous », a-t-il laissé entendre.

La sortie du Premier ministre intervient alors que Ouagadougou est le théâtre de plusieurs manifestations, réclamant des relations plus poussées avec Moscou depuis le 30 septembre, marquant la prise du pouvoir par le capitaine Ibrahim Traoré après une courte transition dirigée par le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba.

DS/ac/APA

Commentaires
Haut