Burkina Faso

Le capitaine Ibrahim Traoré renonce à son salaire de Président

APA- Ouagadougou (Burkina Faso) – Son prédécesseur, Paul-Henri Damiba avait, au contraire, augmenté le sien.

Comme le capitaine Thomas Sankara, père de la révolution d’août 1983, le chef de l’Etat burkinabè Ibrahim Traoré renonce à son salaire de président de la République. Il touchera uniquement son salaire de capitaine des forces armées nationales.

« Le président de la Transition, Ibrahim Traoré, a décidé de garder son salaire de Capitaine », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel Ouédraogo, ce mercredi 15 novembre 2022, à l’issue de l’hebdomadaire Conseil des ministres.

Le porte-parole a indiqué que cette décision vise à « montrer cet esprit de sacrifice qui doit habiter chacun des Burkinabè dans la situation actuelle de notre pays ».

En avril 2022, le président déchu Paul-Henri Damiba avait pris un décret portant rémunération du Président, des ministres et des présidents d’institutions. Le même mois, il avait perçu un salaire de 2 826 400 FCFA. Son Premier ministre, Albert Ouédraogo, quant à lui, avait un salaire de 2 782 717 FCFA. Les ministres touchaient plus de 2 millions de francs CFA.

La mesure prise par le capitaine Traoré abroge donc le décret d’avril 2022 et restaure celui de décembre 2008. Selon ce dernier, le Premier ministre touche 1 308 000FCFA, les présidents d’institutions 1 215 000FCFA, les ministres d’État 1 205 000FCFA et les autres ministres 1 155 000FCFA. Conformément à cette disposition, les ministres de Ibrahim Traoré vont toucher à nouveau entre 1 155 000FCFA et 1 205 000FCFA, a déclaré Jean Emmanuel Ouédraogo. Mais les ministres ont décidé de consacrer 50% de leurs salaires du mois de novembre à la Caisse nationale de solidarité au profit des personnes en difficulté notamment les personnes déplacées internes, rapporte la présidence du Faso.

La réduction des salaires de l’exécutif est aussi une promesse du Premier ministre, Appolinaire Kyelem de Tambéla. « Nous allons baisser les salaires du Président et des membres du Gouvernement. Le Président est d’accord et moi aussi », avait-il affirmé dans une interview accordée à Radio Oméga.

La décision est bien appréciée des Burkinabè. L’homme politique et candidat malheureux aux présidentielles de 2015, Tahirou Barry, a estimé que « le sacrifice financier du chef de l’État et son gouvernement n’est rien d’autres que l’expression d’une gouvernance et d’un leadership par l’exemplarité ». Pour lui, ce sont des « des actes qui méritent sincèrement fière chandelle ».

« Joindre l’acte à la parole. Un pas concret du gouvernement de Tambéla… La direction prise est bonne. Le peuple va maintenant consentir les efforts et sacrifices..», a commenté Dieudonné Soubeiga, journaliste.

Le capitaine Traoré est arrivé au pouvoir le 30 septembre dernier par un coup d’Etat contre le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, lui-même tombeur de Roch Marc Christian Kaboré huit mois plus tôt.

DS/ac/APA

Commentaires
Haut