Café et Cacao

Vers « le paiement de primes » pour une production durable

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – « Aujourd’hui, si nous ne faisons pas ce virage écologique, on ne pourra plus produire de cacao et vendre notre cacao », a déclaré Jérémie Kouassi Kan, directeur chargé du développement agricole au Conseil café-cacao, organe de régulation de la filière.

La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao avec 2,2 millions de tonnes, prépare « le paiement de primes » au profit des paysans pour une production durable, intégrant l’agroforesterie et la lutte contre le travail des enfants.

Ce dispositif de paiement de services environnementaux est « nouveau chez nous et est en train de se mettre en place », a dit jeudi à la presse M. Jérémie Kouassi Kan, directeur chargé du développement agricole au Conseil café-cacao, organe de régulation de la filière.

M. Jérémie Kouassi s’exprimait à l’occasion de la 15e Conférence des parties des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (COP 15), qui a eu lieu du 9 au 20 mai 2022, à Abidjan.

« Aujourd’hui, si nous ne faisons pas ce virage écologique, on ne pourra plus produire de cacao et vendre notre cacao », a déclaré M. Jérémie Kouassi, au regard de la menace des pays consommateurs qui exigent un cacao sans déforestation.

Dans le cadre de la production durable du cacao, la Côte d’Ivoire et le Ghana avec l’ensemble des autres pays africains, au nombre de 23 pays, ont « mis en place la nouvelle norme africaine sur le cacao durable », a-t-il expliqué.

Cette norme, soutenue par l’organisation africaine de normalisation, implique  » le paiement de primes » tenant compte du pilier économique, environnemental et social, a fait savoir M. Kouassi. 

« Si vous produisez votre cacao, exempte du travail des enfants et exempte de déforestation, on appelle cela le cacao durable », a-t-il renchéri.

L’Etat de Côte d’Ivoire, à travers le Conseil café-cacao, a mis en place depuis 2008 la certification sur le cacao,  mais qui « ne touche qu’à peine 20% des producteurs » du pays. 

 A travers ce mécanisme, « aujourd’hui, nous voulons l’étendre à l’ensemble des producteurs et c’est pourquoi la norme a été mise en place la norme », a-t-il renseigné. 

« Tous ceux qui veulent produire du cacao doivent le faire de façon durable pour percevoir les primes. Mais, ces primes, c’est un processus que nous allons négocier », a précisé M. Kouassi.  

Depuis septembre 2021, chaque pays doit mettre en place le guide d’opérationnalité de cette prime. La Côte d’Ivoire, elle, a validé récemment le guide pour la production durable de cacao, à la suite d’un atelier. 

« Nous sommes dans un processus avec le Ghana », a-t-il fait observer. Les deux pays cumulent une production mondiale estimée à 62%. 

Le code forestier ivoirien transfère la propriété aux paysans dans le cadre de l’agroforesterie. Les producteurs pourront bénéficier des essences qui seront plantées dans leurs plantations et se faire « une ressource complémentaire ».  

Depuis l’année 2021, le Conseil café-cacao a lancé le projet de planting de 60 millions d’arbres. A ce jour 3,508 millions d’arbres ont été déjà plantés auprès de près de 140.000 producteurs à travers le pays.

Pour ceux qui sont des forêts classées, le dispositif de l’Etat est en train de trouver une solution pour leur sortie progressive, a fait remarquer M. Kouassi. 

La deuxième campagne de planting d’arbres prévoit 12 millions d’arbres pour l’année 2022. Le projet prévoit 25 arbres à 30 arbres à l’hectare. Les experts recommandent 25 arbres, mais le Conseil est allé jusqu’à 30 plants au cas où certains venaient à mourir. 

AP/ls/APA

Commentaires
Haut