Burkina Faso

Procès Sankara : Blaise Compaoré condamné à la prison à vie

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) – L’ancien président burkinabè a été condamné mercredi 6 avril par contumace à la prison à perpétuité pour sa participation à l’assassinat de son prédécesseur Thomas Sankara.

Le parquet militaire burkinabé avait requis le 8 février dernier trente ans de prison ferme contre Blaise Compaoré, 71 ans, réfugié depuis sa chute en 2014 en Côte d’Ivoire. Accusé d’être le principal commanditaire de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara avec douze de ses compagnons lors d’un coup d’État en 1987, l’ex-chef d’Etat vient d’être reconnu coupable par le tribunal militaire de Ouagadougou alors qu’il était le grand absent du procès ouvert en octobre 2021.

Ses avocats ont dénoncé à plusieurs reprises « un procès politique » devant « une juridiction d’exception », estimant que la procédure « ne vaut rien ». Trente ans de prison ferme étaient requis contre lui par le parquet pour « attentat à la sûreté de l’État », « recel de cadavre » et « complicité d’assassinat ».

Il était cité en même temps que treize accusés dont son ancien chef de sécurité, Hyacinthe Kafando, en fuite depuis 2016. Le tribunal militaire l’a tout de même condamné à la perpétuité. Il est soupçonné d’avoir mené le commando qui a tué Thomas Sankara et ses collaborateurs.

Le général Gilbert Diendéré, un des chefs de l’armée lors du putsch de 1987, a connu le même sort alors qu’il était le principal accusé présent au jugement. Il purge déjà une peine de vingt ans, pour une tentative de putsch en 2015.

Le juge du tribunal militaire de Ouagadougou a donc eu la main plus lourde que le parquet qui demandait tout au plus, dans son réquisitoire, la peine maximale de trente ans contre les trois hommes dans ce procès historique ouvert trente-quatre ans après la mort de Sankara.

Jeune capitaine burkinabè ayant pris le pouvoir en 1983, à 33 ans, Thomas Sankara est une icône panafricaine dont le discours anti-impérialiste et révolutionnaire continue d’inspirer beaucoup de générations, plus de trois décennies après sa disparition.

ODL/cgd/APA

Commentaires
Haut