Revue de presse

28 Mars 2022 – A la Une, les décisions de la CEDEAO sur le Mali, le Burkina et la Guinée

APA – Dakar (Sénégal) Par Oumar Dembélé – Le maintien des sanctions de la CEDEAO sur le Mali et sa menace brandie contre les militaires guinéens et burkinabè au pouvoir s’ils ne présentent pas un chronogramme acceptable sont les principaux sujets traités par les journaux africains consultés lundi à APA.

« Mali : pour la CEDEAO, le nouveau délai de la transition a commencé à partir du 15 mars 2022 », selon Maliweb. « La Cedeao ne fléchit pas. Le délai complémentaire de la transition au Mali sera de 16 mois maximum. Et ce nouveau délai a déjà commencé. C’est qu’a affirmé la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO réunie, ce vendredi 25 mars 2022, à Accra au Ghana. La conférence a décidé de maintenir les sanctions à l’encontre du Mali », indique le site malien, ajoutant que l’organisation sous-régionale « assure avoir pris note de la proposition d’un chronogramme de 24 mois, en plus des 18 mois déjà écoulés » des militaires maliens au pouvoir.

« Mali: si Assimi Goïta savait, si Cedeao pouvait… », titre de son côté Wakatsera. « N’ayant pas eu un interlocuteur valable en face, le colonel ayant refusé d’aller à Canossa en se rendant à Accra, le Ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cedeao et ses homologues, ont, sans doute, tablé sur les discussions entre les autorités de la transition malienne et le médiateur Goodluck Jonathan, lors du dernier séjour de celui-ci sur les rives du Djoliba. Faut-il donc regretter l’absence du colonel putschiste à Accra pour défendre son dossier où jeter une fois de plus, la pierre à la Cedeao qui aurait pu se surpasser, en tenant compte des souffrances du peuple malien et des pays voisins qui commercent avec le Mali ? », s’interroge le journal burkinabè.

Dans la même veine, Sahara Media note que « la Cedeao maintient ses sanctions contre le Mali et menace la Guinée et le Burkina Faso », deux autres pays dirigés par des juntes. « Les dirigeants de la CEDEAO ont décidé le maintien des sanctions imposées au Mali en janvier dernier, bien que le tribunal de l’union monétaire et économique de l’organisation ait déclaré qu’elles étaient illégales, après l’introduction d’une plainte par les autorités militaires de la transition. A propos du Burkina Faso, le sujet majeur évoqué par le sommet a été le cas du président déchu, Roch Marc Christian Kaboré, dont elle a demandé la libération immédiate, lui qui avait été renversé en février dernier », indique cette agence de presse mauritanienne.

Sur la Commémoration du 26 mars au Mali, Le Républicain rapporte que « le Président de la Transition, Colonel Assimi Goïta, perpétue la tradition ». « 26 mars 1991- 26 mars 2022, cela fait exactement 31 ans que des hommes et des femmes ont donné leur vie pour que la démocratie puisse voir le jour au Mali, date historique pour un peuple qui se trouve aujourd’hui à la recherche d’une voie de sortie de crise pour honorer les martyrs. Respectant une tradition établie en république du Mali, le Président de la Transition, Colonel Assimi Goïta, a procédé, le samedi 26 mars 2022, à un dépôt de gerbe de fleurs au pied du monument dédié aux martyrs », renseigne le journal malien. « Nous sommes aujourd’hui ici par devoir de mémoire. C’est pour rendre hommage à tous les Maliens qui ont voulu consentir le sacrifice ultime pour la patrie dans sa quête de liberté », a déclaré sur place le Colonel Assimi Goïta.

Au Nigeria, Le Monde Afrique note que « le parti au pouvoir se désigne un nouveau chef avant 2023 ». Pour le journal français, la nomination d’Abdullahi Adamu est censée permettre de surmonter les luttes intestines au sein de All Progressives Congress (APC), parti au pouvoir au Nigeria, avant les élections présidentielle et législatives.

Au Sénégal, Le Soleil se fait l’écho de l’inauguration du pont à péage de Foundiougne (centre) qui porte le nom de l’ancien président sud-africain. « Macky Sall immortalise Nelson Mandela », titre le quotidien sénégalais, précisant que « les tarifs du péage (sont) revus drastiquement à la baisse ».

Pour L’AS, Macky Sall a profité de cette inauguration pour « laver le linge +Sall+ de Fatick » en perspective des élections législatives du 31 juillet prochain.

Malgré ces réalisations dont les inaugurations par Macky Sall sont jugées « très politiques » par Walf Quotidien, Tribune voit une « mission non accomplie » pour le chef de l’Etat sénégalais qui a passé « 10 ans au pouvoir ». Le journal compare les régimes de Wade et Macky et liste « toutes les promesses non tenues depuis 2012 » par l’actuel président.

Sur la mendicité à Dakar, Bés Bi titre sur le « billet retour pour les Nigériens », une conséquence de son reportage sur les mendiants étrangers implantés dans la capitale sénégalaise. Le quotidien rapporte que deux vols de rapatriement « de centaines de Nigériens » ont quitté le sol sénégalais entre vendredi et samedi à destination de Niamey.

ODL/cgd/APA

Commentaires
Haut