Café et Cacao

5 milliards F CFA pour une cacaoculture durable

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Jean-Luc Assi, a signé, vendredi à Abidjan, un protocole d’accord avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO, sigle en anglais).

La Côte d’Ivoire est le plus grand producteur de cacao du monde. Pour pérenniser cette culture, le gouvernement va recevoir 5 milliards F CFA de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui agit en qualité d’« agence accréditée » auprès du Fonds vert pour le climat.

Ce financement s’inscrit dans le cadre de la composante 1 du projet « Promouvoir une production de cacao sans déforestation pour réduire les émissions (de carbone) en Côte d’Ivoire » (Promire).

Il devrait permettre, a détaillé Jean-Luc Assi, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, « de finaliser et d’opérationnaliser la Norme d’excellence environnementale REDD+ et de déployer (le projet) dans trois régions du pays » à savoir la Mé, le Sud Comoé et l’Agneby Tiassa.

Selon M. Assi, le « partenariat dynamique » entre la FAO et l’État ivoirien va favoriser l’innovation pour une agriculture durable, la restauration des paysages forestiers et l’agroforesterie.

De son côté, Samy Gaiji, le représentant de la FAO en Côte d’Ivoire, a souligné que ce projet, le premier financé par le Fonds vert climat dans ce pays, est une réponse concrète aux critiques contre la déforestation. L’organisme onusien a dit travailler avec le ministère de tutelle ivoirien pour « bien articuler la composante 1 du projet ».

Poursuivant, M. Gaiji a déclaré que « c’est un grand pas afin d’assurer la transition écologique » de la Côte d’Ivoire. À terme, les capacités du Secrétariat exécutif permanent de la REDD+, cheville ouvrière de la mise en oeuvre dudit mécanisme, doivent être renforcées à travers l’achèvement de son architecture nationale.

Coordonnateur du projet, le colonel Jonas Assimi a indiqué que le projet Promire se déroulera sur cinq ans et touchera 34 forêts classées, soit 549.581 hectares.

AP/ls/id/APA

Commentaires
Haut