Maroc

21 Février 2022 – Ressources hydriques, économie et santé au menu des quotidiens marocains

APA-Rabat (Maroc) – La problématique de la pénurie d’eau, le renchérissement des prix des denrées alimentaires et la formation des médecins sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce lundi.

+L’Opinion+, qui s’attarde sur la problématique de la pénurie d’eau, écrit que longtemps perçu comme une menace lointaine, le stress hydrique et tout ce que cela implique comme impact sur la vie des Marocains, qu’ils soient ruraux ou citadins, est aujourd’hui une réalité.

Avec un déficit pluviométrique de 64% enregistré depuis le début de l’année, conjugué à la baisse des niveaux des barrages dont le taux de remplissage s’établit à 33%, le Royaume doit faire face à un niveau inégalé de sécheresse, explique le quotidien.

Une situation qui, en plus de menacer l’industrie agricole qui représente 12% du PIB et reste l’un des plus importants pourvoyeurs d’emplois du pays, risque de perturber la vie quotidienne des Marocains qui doivent déjà composer avec une inflation galopante, estime-t-il, estimant capital de sensibiliser le grand public sur la nécessité d’adopter une consommation rationnelle et raisonnée en eau potable et de revoir la politique agricole, le secteur accaparant près de 87% de la consommation nationale en eau.

+L’Economiste+, qui revient sur le renchérissement des prix des denrées alimentaires, écrit que cette flambée ne peut être expliquée uniquement par la variation de l’offre et de la demande, car un facteur exogène fausse le jeu: les intermédiaires qui « font écran » entre les chaînes de production et le consommateur, récupérant l’essentiel des bénéfices.

Ce sont donc les producteurs et consommateurs qui y laissent des plumes et au bout du compte, c’est l’économie nationale et sa compétitivité qui pâtissent de ce “jeu truqué”, explique la publication.

La lutte contre ces mauvaises pratiques nécessite un effort de longue haleine, pour espérer des résultats probants et durables, estime-t-il, soulignant la nécessité d’une “véritable mise à niveau” des différentes composantes de la chaîne de valeur.

+Aujourd’hui Le Maroc+, qui aborde la formation des médecins, écrit qu’aujourd’hui, le Maroc qui a enclenché la réforme de son système de santé et la généralisation de la protection sociale se trouve face à un obstacle de taille : les effectifs de médecins déjà en exercice et ceux à venir, en fonction du cursus de formation actuel, resteront toujours très en deçà des besoins.

Le journal estime que la piste “la plus viable” pour remédier à cette problématique est de “trouver le moyen d’en former plus et plus rapidement”.

Et pour la mettre en application, il n’y a pas deux solutions possibles: il faut plus de places dans les facultés de médecine et moins de temps de formation, explique-t-il.

HA/APA

Commentaires
Haut