Politique

Mabri « gêné dans le débat » visant une « personnalisation » de la Constitution

photo dr

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)- L’opposant ivoirien, Toikeusse Mabri, se dit « gêné dans le débat qui a cours » en Côte d’Ivoire visant une « personnalisation » de la Constitution avec l’intégration de la limitation d’âge des candidats à l’élection présidentielle.

« Ce qui me gêne dans le débat qui a cours, c’est sa personnalisation. C’est qu’on cite des gens qu’on sent visés (…). Or la loi doit être impersonnelle », a déclaré M. Mabri, lors de la 2e session du Comité central de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), son parti.

Pour M. Mabri, le président de l’Udpci, « le renouvellement de génération est un phénomène naturel. Tous, nous naissons, nous grandissons, nous vieillissons et ce qui nous préoccupe, c’est de savoir si les enfants sont prêts à assurer la relève ».

« Je suis sûr, parce qu’acteur politique, c’est comme ça aussi la vie politique (s’opère) et ce ne sont pas mes aînés Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara qui diront le contraire », a souligné M. Toikeusse Mabri, lors d’un point de presse.

« Donc, ce renouvellement de génération doit être tous notre préoccupation si nous aimons la Côte d’Ivoire. Maintenant, s’il doit avoir un projet de loi qui nous conduise à ça, je souhaite que les choses se fassent dans la forme », a-t-il poursuivi.

A l’issue d’un référendum, la Constitution ivoirienne avait été modifiée en 2016, sautant la limitation de l’âge pour briguer un mandat présidentiel. Aujourd’hui, le débat refait surface dans la ligne de mire de la présidentielle de 2025.

« Le moment venu, s’il y a un projet dans ce sens, l’Udpci pourra examiner la question et se prononcer, mais pour le moment c’est un débat sur les réseaux sociaux », a fait observer le président de l’Udpci.

« Nous attendons une suite (officielle) qui nous permet de mener le débat », a-t-il dit. Répondant à une question indiquant s’il souhaitait qu’Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se retirent, il a laissé entendre: « je crois que c’est la suite logique, c’est à eux d’apprécier ».

L’avènement d’une nouvelle génération à la tête du pays avait été évoquée par le président de la République Alassane Ouattara, avant les joutes électorales d’octobre 2020 qui ont consacré sa réélection.

L’Udpci a salué les récentes rencontres entre MM. Ouattara et Henri Konan Bédié et celle entre MM. Gbagbo et Henri Konan Bédié, chef du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, opposition). Cependant le parti fait observer que « le dialogue politique inclusif est au point mort ».

Le parti veut « qu’il en découle des dispositions et un engagement au dialogue inclusif qui va permettre de ramener la paix en Côte d’Ivoire durablement », a déclaré M. Mabri, en allusion au chef de l’Etat ivoirien.

L’Udpci qui célèbre cette année ses 20 ans d’existence, est aujourd’hui à la croisée des chemins. Certains cadres du parti ont rejoint le Rhdp, ex-allié au pouvoir. La formation politique poursuit sa course et se modernise avec l’institution de cartes de membres biométriques.

AP/ls/APA

Commentaires
Haut