Justice

« Choquée » de l’apologie du viol dans une émission télé, une ONG saisit la justice

Photo Apanews

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)- La Ligue ivoirienne des droits des femmes, « choquée » de l’apologie du viol dans une émission de la télévision privée NCI, la Nouvelle Chaîne Ivoirienne, annonce avoir saisi la justice, dans un communiqué.

« La Ligue ivoirienne des droits des femmes est choquée, outrée et scandalisée par l’apologie et la promotion du viol faites par le célèbre animateur Yves M’Bella », indique le communiqué publié mardi.

L’animateur Yves M’Bella et son équipe ont invité sur le plateau de « La Télé D’ici Vacances » de la Chaîne de télévision NCI, un ancien violeur, qui a révélé comment il commettait son forfait.

Pour l’ONG, « il est insultant, voire humiliant pour une chaîne de télévision d’inviter un violeur sur son plateau et de lui demander de faire une démonstration d’un acte de viol ».

Avec un mannequin inerte, l’invité a depuis l’approche de sa victime, montré les techniques pour piéger cette dernière, et la soumette à sa besogne.

La Ligue « condamne avec la dernière énergie cette émission et son contenu humiliant et dégradant pour la femme, la société, et tient à signifier que le viol est un crime », mentionne le texte.

L’ONG annonce avoir entrepris en synergie avec le Collectif des activistes et des associations de défense des droits des femmes des actions auprès du ministère de la Femme, de la famille et de l’enfant.

Dans ce contexte, elle envisagent également de saisir la Haute autorité de la communication audiovisuelle et la direction de la chaîne de télévision NCI, aux fins de prendre les mesures pour éviter ces bavures.

« Une plainte pour outrage public à la pudeur et apologie de viol contre la chaîne de télévision NCI et l’animateur a été déposée par les soins de notre avocate auprès du procureur de la République », poursuit le texte.

La Ligue ivoirienne des droits des femmes exige par ailleurs une sanction de la Haute autorité de la communication audiovisuelle contre NCI, une suspension de l’animateur ainsi que des membres de son équipe présents sur le plateau.

La Ligue demande aussi la « non association de l’image de Yves de M’Bella à la finale du concours Miss Côte d’Ivoire » et une émission de la chaîne sur la lutte contre le viol et les violences faites aux femmes. Le film de l’émission qui circule sur les réseaux sociaux a affolé la toile.

Dans un communiqué, la direction générale de NCI, a présenté ses « plus sincères excuses à tous les téléspectateurs et aux internautes pour les propos tenus au cours de l’émission La Télé d’ici Vacances du 30 août 2021 ».

« Nous tenons à réexprimer notre attachement au respect des droits humains et en particulier à ceux des femmes, nos profonds regrets et notre solidarité avec les femmes victimes de violence et d’abus de toutes sortes. Nos pensées les plus profondes vont aux victimes de viol, aux associations qui luttent contre ce crime, à celles qui accompagnent les victimes et à toutes les initiatives qui œuvrent pour cette noble cause », écrit la direction générale de cette télévision privée.

« La Télé d’Ici Vacances est une émission de divertissement qui se veut fun avec un traitement des sujets sur un ton léger et humoristique », ajoute-t-elle, précisant qu’en « aucun cas elle n’aurait dû traiter d’une thématique aussi grave et sensible que le viol avec la même dynamique ».

« Les séquences d’hier, dont certaines ont été abondamment relayées sur les réseaux sociaux, sont totalement contre les valeurs que nous défendons. Notre historique le montre, nous sommes totalement contre le viol et tous les autres crimes », poursuit le communiqué.

« Nous tenons à préciser qu’à titre de mesures conservatoires, nous avons supprimé depuis hier ces séquences de nos pages Facebook et Instagram, nous avons annulé toutes les rediffusions de cet épisode de La Télé D’ici Vacances et nous avons suspendu l’animateur », annonce la direction générale qui rappelle que « NCI prône l’amour, la paix, le respect de la dignité humaine, l’égalité, la diversité, la tolérance et le respect de toutes les différences ».

« Nous assumons humblement la pleine responsabilité de cette faute grave et regrettable dont nous tirerons toutes conséquences. Nous continuerons de ne ménager aucun effort pour vous offrir du contenu de qualité dans le respect des valeurs que nous défendons », conclut la direction générale de NCI.

AP/ls/APA

Commentaires
Haut