Maroc

25 Août 2021 – Economie, migration et culture au menu des quotidiens marocains

APA-Rabat (Maroc) – La légalisation du cannabis, la lutte contre la migration clandestine, la valorisation des kasbahs et le développement de la ville d’Agadir sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus mercredi.

+L’Economiste+ titre « Légalisation du cannabis : Le 1er décret d’application adopté ». C’est parti pour la mise en œuvre de la loi sur les usages licites du cannabis. Le 1er décret d’application de ce texte a été adopté lors de la dernière réunion du Conseil du gouvernement, fait savoir le journal.

Ce décret accorde au ministère de l’Intérieur la tutelle de l’Agence nationale de régulation des activités liées au cannabis, dans le respect des attributions du ministère des Finances. Il définit également la composition de cette agence, regroupant plusieurs instances impliquées dans les activités régies par la nouvelle loi, ajoute-t-il.

+Rissalat Al Oumma+ rapporte que des Unités combattantes de la Marine Royale opérant en Méditerranée et en Atlantique ont porté secours durant la période allant du 19 au 23 août 2021, à 438 candidats à la migration irrégulière à majorité des Subsahariens en plus de trois Bangladais et un Turc, en difficultés à bord de différentes embarcations de fortunes.

Les personnes secourues ont reçu les premiers soins à bord des unités de la Marine Royale, avant d’être ramenées saines et sauves aux ports les plus proches du Royaume et remises à la Gendarmerie royale pour procédures d’usage, précise le quotidien, citant une source militaire.

+Aujourd’hui Le Maroc+ écrit que le Maroc consacre pas moins de 5 milliards DH (1 euro = 10,22 DH) pour réhabiliter et valoriser ses kasbah et ksour, notant que ces lieux « témoignent de l’histoire riche et profonde du Maroc et de son évolution sociétale à travers les siècles ».

Si le patrimoine immatériel n’a pas de prix ni de valeur, les analystes et économistes modernes ont fini tous par admettre que la force d’un pays et de son économie sont également fonction de son patrimoine immatériel, estime le quotidien, rappelant que le patrimoine immatériel du Maroc est aussi dans sa civilisation de plus de 12 siècles.

Abordant le développement de la ville d’Agadir, +Al Bayane+, qui se demande ce qui manquerait à cette cité d’envergure pour devenir une véritable métropole pour le développement régional, écrit qu’aussi bien son registre de ville-carrefour entre le nord et le sud du royaume que son statut de ville-levier de la triptyque économique de choix qu’elle renferme, à savoir le tourisme, la pêche et l’industrie, lui offrent une position avant-gardiste dans l’échiquier national.

Pour assurer le « rayonnement escompté » à cette cité satellitaire, dont les atouts sont « indiscutables », le journal, qui dénonce des insuffisances sur le plan urbanistique et des « déficits qui ont beaucoup nui » à l’évolution de cette ville, juge « primordiale » une intervention de l’Etat, à l’instar de plusieurs de ses homologues du pays, en particulier Marrakech, Tanger, Rabat, Kénitra et Casablanca, entre autres.

HA/APA

Commentaires
Haut