Rwanda

Génocide au Rwanda : La France ouvre ses archives

APA-Kigali (Rwanda) – Des documents français liés au génocide rwandais en 1994 sont désormais accessibles au public.

Quel rôle la France a-t-elle joué au Rwanda en 1994 ? Douze jours après la remise au président Emmanuel Macron du rapport de la commission d’historiens sur le rôle de la France durant le génocide rwandais, des documents ayant servi à la rédaction de ce rapport sont rendus publics ce mercredi.

Ce geste des autorités françaises qui pourrait aider à faire avancer la « vérité historique » sur le génocide des Tutsis coïncide, cette année, avec les commémorations du 27ème anniversaire de cette tragédie, où plus de 800.000 personnes furent exterminées entre avril et juillet 1994.

Les archives de l’ancien président socialiste, François Mitterrand et celles de son Premier ministre de l’époque, Edouard Balladur ainsi que d’autres documents sont désormais ouverts à tous les publics, selon un décret paru mercredi au Journal officiel français.

Ces documents, essentiellement des télégrammes diplomatiques et notes confidentielles, figurent dans le rapport Duclert, du nom du professeur ayant dirigé cette commission. Ce rapport pointe du doigt la responsabilité de François Mitterrand et de son état-major particulier qui ignoraient régulièrement les diverses mises en garde sur les risques de génocide.

Si ce geste est salué par nombre d’observateurs et par le gouvernement de Kigali, les rescapés réclament quant à eux des excuses de Paris. Les survivants de cette tragédie réunis au sein de l’association Ibuka estiment qu’ils « n’ont pas beaucoup à apprendre », a souligné le président d’Ibuka France, Etienne Nsanzimana, lors d’une cérémonie au mémorial de la Shoah à Paris.

« Ils (les rescapés) veulent des actes forts, des mots d’excuses », a-t-il lancé, ajoutant que « les historiens ont parlé, il faut que les politiques et les juges prennent le relais ».

Cette demande a été relayée par l’ambassadeur du Rwanda en France, François-Xavier Ngarambe, qui a exhorté « tous les pays au sein desquels des génocidaires se cachent » à les « extrader ou à les juger eux-mêmes ».

Le président rwandais Paul Kagamé qui ne s’était pas prononcé sur le rapport Duclert, a déclaré ce mercredi que son pays « aura aussi son mot à dire » avec son propre rapport sur le sujet. Celui-ci devrait être dévoilé courant avril. M. Kagamé a tout de même soutenu que le document des historiens français marquait « un changement ».

« Il montre un désir, même chez les dirigeants en France, d’avancer avec une bonne compréhension de ce qu’il s’est passé. Nous saluons cela », a-t-il ajouté lors d’un discours à Kigali à l’occasion des cérémonies de commémoration du génocide qui avait débuté il y a vingt-sept ans, jour pour jour.

ARD/te/APA

Commentaires
Haut