Maroc

15 Mars 2021 – Politiques publiques, économie et sport au menu des quotidiens marocains

APA-Rabat (Maroc) – Les quotidiens marocains parus ce lundi se focalisent sur nombre de sujets notamment l’importance des politiques publiques, le gaspillage alimentaire et l’accord signé entre Casablanca Finance City Authority et le Financial Services Development Council (FSDC) de Hong Kong.

+Aujourd’hui le Maroc+ écrit que les Marocaines et les Marocains n’ont plus aujourd’hui la même relation à la chose publique et politique que leurs aînés, lance, ajoutant que c’est une vérité triviale que constaterait tout observateur averti de la société.

Depuis la Constitution de 2011, les débats et questions importantes auxquels le Maroc s’est attaqué sont de l’ordre du pragmatique et du concret, poursuit le quotidien, citant comme exemples le modèle d’enseignement, le système de santé, les problématiques de l’énergie, l’eau, l’emploi, la sécurité alimentaire ou encore les nouvelles technologies.

Ce sont là, « de vrais débats utiles en ce moment qui ont pour seule finalité d’apporter des réponses concrètes et de faire avancer le Maroc », assure-t-il.

Sur un autre registre, +L’Opinion+ souligne que les Marocains sont devenus de grands consommateurs et de fieffés gaspilleurs, notant qu’ils jettent en moyenne 91 kg de nourriture par an et par habitant.

En 2019, 17% de la nourriture totale disponible pour les consommateurs a fini au dépotoir, fait savoir la publication, qui se réfère au dernier rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et l’Organisation WRAP. En cette journée mondiale des droits des consommateurs qui coïncide avec l’avènement du mois de Ramadan, réputé être celui de la piété, mais également de la surconsommation, la tendance ne risque pas de s’inverser, prévient-il.

+Le Matin+ Casablanca Finance City Authority (CFCA) et le Financial Services Development Council (FSDC) de Hong Kong ont signé un partenariat avec pour objectif, renforcer la collaboration entre les deux centres financiers.

Concrètement, l’accord entre CFCA et le FSDC établit les bases pour un échange des « meilleures » pratiques dans le développement de l’industrie financière entre Casablanca et Hong Kong, souligne la publication.

« Cette coopération ambitionne de faciliter également le développement et le partage d’expertise dans le cadre de l’éducation financière, de programmes de formation, d’échanges et de visites de délégations business de haut niveau », indiquent les deux institutions dans un communiqué conjoint, cité par le journal.

+Assabah+ indique que le Royaume a réussi un coup de maître en matière de diplomatie sportive. En organisant, vendredi dernier, les travaux de l’Assemblée générale de la Confédération africaine de football (CAF), le Maroc a fait d’une pierre plusieurs coups.

Le Maroc a d’abord réussi à s’imposer comme un interlocuteur incontournable de la FIFA en Afrique. Gianni Infantino a pu compter sur le patron de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, en vue de faire tomber Ahmad Ahmad et faire pression pour pousser les fédérations africaines à choisir une candidature consensuelle. Ce qui fut le cas avec l’élection du Sud-Africain Patrice Motsepe comme nouveau patron de la CAF.

Le Maroc a également réussi à mettre en échec les tentatives des adversaires de l’intégrité territoriale du Maroc, qui voulaient porter atteinte à notre cause nationale, en faisant adopter un article dans les statuts de la CAF qui dispose que pour qu’un pays puisse faire partie de la Confédération africaine de football, il faut qu’il soit reconnu par l’ONU, ce qui n’est bien-sûr pas le cas de l’État fantoche de la « rasd ».

Grâce à ce nouveau positionnement du Maroc sur l’échiquier du football mondial, tous les rêves sont désormais permis.

HA/APA

Commentaires
Haut