Santé

Santé sexuelle : signature d’un partenariat pour offrir des soins d’avortements sécurisés en Côte d’Ivoire

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – L’ONG internationale IPAS et la Société de gynécologie et d’obstétrique de Côte d’Ivoire (SOGOCI), une organisation savante, ont conclu lundi à Abidjan, un accord de partenariat pour améliorer la santé sexuelle de la femme et offrir des soins d’avortement sécurisés en Côte d’Ivoire où environ 280 000 avortements sont pratiqués chaque année.

Cette collaboration entre ces deux entités vise la réduction de la mortalité maternelle dans le pays et couvre une période de trois ans renouvelable.

« Ce partenariat permet d’aborder un domaine de la santé sexuelle et reproductive qui est assez sensible. L’avortement à risque est une réalité en Côte d’Ivoire. Il représente à peu près 36,9 pour 1000 femmes qui avouent soit, par elles-mêmes ou par leurs confidents avoir eu recours à l’avortement. Et ces avortements ne se font pas toujours dans les structures de qualité et mettent en danger la vie de la mère», a regretté Pr Serge Boni, le président de la SOGOCI.

Selon lui, en Côte d’Ivoire, environ 18 à 20% des cas de mortalité maternelle sont en rapport avec la pratique de l’avortement. « Nous voulons être une société savante qui agit de façon effective sur le terrain », a dit Pr Boni estimant qu’en Côte d’Ivoire, « porter une grossesse ne doit pas être un risque ».

Pour sa part, Dr Dougrou Sosthène, le directeur régional de IPAS-Afrique francophone a indiqué que « malgré le caractère répressif de notre législation, pour le moment en matière d’avortement, ça n’empêche pas les femmes d’avoir recours à l’avortement».

Par conséquent, il a plaidé pour l’application effective du protocole de Maputo, un dispositif qui promeut les droits reproductifs des femmes, particulièrement en autorisant l’avortement médicalisé.

L’objectif de cette convention entre la société savante SOGOCI et l’ONG internationale IPAS est de fournir un cadre de coopération et de faciliter la collaboration entre les deux parties.

Ce partenariat s’articulera ainsi autour d’actions de plaidoyers à l’endroit des autorités, de sensibilisation des populations et de formation des praticiens de la santé.

LB/ls/APA

Commentaires
Haut