Communiqué de presse

Les interdictions européennes de voyage sont contre-productives et nuisent à la capacité du secteur des hydrocarbures à soutenir la reprise économique de l’Afrique

Les restrictions de délivrance de visas empêchent de facto de nombreux projets d’avancer et de contribuer avec succès à la relance du continent

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 2 juillet 2020/ — L’extension des restrictions de voyage et la suspension des visas et des voyages entre l’Afrique et l’Europe restreignent fortement les efforts de relance de l’industrie pétrolière et gazière. En raison de son caractère international, le secteur des hydrocarbures dépend de chaînes de valeur mondiales et d’une coopération et d’un mouvement réussis de personnes, de biens et de services entre des sociétés étrangères et locales. Les interdictions de voyage en cours et les restrictions de délivrance de visas empêchent de facto de nombreux projets d’avancer et de contribuer avec succès à la relance du continent.

Les grandes sociétés pétrolières internationales telles que Total, BP, Shell, Eni, ExxonMobil, Chevron ou Equinor et les indépendantes telles que Kosmos Energy, BW Energy, Maurel & Prom ou Tullow Oil qui exploitent une part importante de la production quotidienne de pétrole et de gaz en Afrique sont actuellement incapables de fonctionner pleinement et en toute sécurité en raison de ces restrictions de voyage. De même, elles impactent directement les opérations des grandes sociétés internationales de services et EPC censées travailler sur de grands projets, tels que Saipem, TechnipFMC, Schlumberger ou Halliburton.

« Nous ne pouvons pas baser nos espoirs de reprise sur le secteur pétrolier et gazier et en même temps interdire les déplacements des travailleurs et des employés censés permettre cette reprise », a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie. « Nous appelons de toute urgence au pragmatisme et à l’adoption de mesures réalistes qui placent la sécurité des travailleurs et la reprise économique au centre des priorités des politiques publiques et de voyage », a-t-il ajouté.

De l’Afrique de l’Ouest à l’Afrique australe, des projets énergétiques historiques de plusieurs milliards de dollars ont été retardés en raison de la pandémie en cours de Covid-19 et de ses confinements et restrictions de voyage. Cependant, et alors que les économies rouvrent progressivement, une nouvelle vague de restrictions aux voyages, en particulier sur la délivrance de visas entre l’Europe et l’Afrique, s’ajoute à la liste des défis auxquels l’industrie est confrontée pour jouer son rôle dans la reprise économique du continent. Ces restrictions menacent l’opération efficace des chaînes de valeur mondiales dont le fonctionnement est essentiel pour permettre aux projets énergétiques africains de progresser.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Commentaires
Haut