Société

Installation d’un call center pour lutter contre les violences basées sur le Genre

Bakayoko-ly-Ramata-RHDP-ministère de la femme-2019

APA-Abidjan ( Côte d’Ivoire) – Le ministère ivoirien de la Femme, de la famille et de l’enfant de concert avec le Fonds des Nations-Unies pour la population ( UNFPA) a annoncé jeudi à Abidjan l’installation d’un call center ( Centre d’appel) en vue de lutter contre les violences basées sur le Genre ( VBG) en Côte d’Ivoire.

L’annonce a été faite par Mariam Assamoi, chef de cabinet de la ministre ivoirienne de la Femme, de la famille et de l’enfant lors d’une cérémonie de remise de don de l’UNFPA au Comité national de lutte contre les violences faites aux femmes et enfants (CNLVFE).

Ce don de matériels d’équipements d’une valeur d’environ 43 millions FCFA est composé entre autres, d’onduleurs, des ordinateurs portables, des matelas, d’un groupe électrogène, des mégaphones, des kits de lavage des mains, des bottes, des cache-nez et des dispositifs de lavage des mains. Ces équipements permettront notamment de lutter contre les VBG dans le contexte de la COVID-19 et d’équiper le centre d’appel.

« A travers ce don, vous nous permettez de combler un grand vide dans notre réponse en permettant l’installation d’une ligne verte. Elle permettra aux victimes et témoins d’appeler pour dénoncer les cas de VBG et pour avoir les bonnes informations », a dit Mme Assamoi dans un discours au cours de cette cérémonie.

« Le COVID-19 est toujours présent. Observons les mesures sanitaires, mais restons vigilants par rapport aux cas de VBG dans notre entourage. Nous ne devons pas accepter que cette situation ( de la COVID-19 et de confinement) donne l’occasion à certaines personnes de maltraiter les plus faibles dans les ménages », a exhorté Mme Assamoi qui s’exprimait au nom de la ministre Ramata Ly-Bakayoko.

Pour part, Dr Almouner Talibo qui représentait l’UNFPA a salué les efforts du gouvernement ivoirien dans la lutte contre les VBG. Poursuivant, il a réaffirmé l’engagement de son institution à accompagner la Côte d’Ivoire dans cette lutte.

« L’UNFPA s’engage dans la promotion des droits des femmes en Côte d’Ivoire. Nous serons à vos côtés tout au long de cette crise même au-delà », a promis Dr Talibo.

Chaque année, au moins un cas de viol sur un enfant est signalé dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire. Au cours de l’année 2019, de nombreux cas de viols sur mineurs ont été enregistrés dans différentes localités du pays.

LB/ls/APA

Commentaires
Haut