Justice

La Cour de cassation ouvre la voie à un procès d’Assoa Adou

assoa-adou-fpi-politique-pro-laurent-gbagbo-gor-2019-gouvernement-ivoirien

Le secrétaire général de la frange pro-Gbagbo du FPI, Assoa Adou

Photo : Archives

Abidjan, 31 mars 2020 -[ALERTE INFO]- Sur saisine du procureur de la république, la Cour de cassation en Côte d’Ivoire a jugé mardi “recevable’’ la requête et désigné le tribunal de première instance d’Abidjan pour instruire, poursuivre les procédures et juger le secrétaire général de la frange pro-Gbagbo du Front populaire ivoirien (FPI) Assoa Adou, lors d’une audience.

L’audience de la Cour de cassation, présidée par la magistrate Chantal Camara, n’a duré qu’une poignée de minutes et s’est déroulée en l’absence d’Assoa Adou et de ses avocats. Quelques partisans de l’ancien ministre étaient pourtant présents.

Le 23 mars, M. Assoa Adou avait été convoqué pour une audition à la préfecture de police, au lendemain d’actes de vandalisme dans quelques centres d’enrôlement à Abidjan et à l’intérieur pour l’obtention des cartes nationales d’identité.

Il n’avait pas déféré à la convocation. Ses avocats avaient expliqué qu’elle intervenait “alors que la procédure spéciale liée » aux « qualités d’ancien député et d’ancien ministre’’ de leur client “n’avait pas été observée ».

Selon eux, Assoa Adou, « ancien Député de Cocody (2000-2010), ministre de la Construction, ministre des Eaux et forêts et ancien ministre de la Défense (2000-2005) bénéficie de plein droit des dispositions portant statut d’ancien président de la République, ancien chef ou président d’institution nationale et d’ancien membre du gouvernement ».

Le collectif des avocats avait alors « saisi par courrier, le procureur général près la Cour d’appel d’Abidjan et le procureur de la République près le Tribunal de Première instance d’Abidjan afin de leur demander d’inviter le préfet de police à se conformer à la loi ».

SKO

Commentaires
Haut