Politique

« Boubakar Coulibaly a annoncé sans preuve que mon état de santé n’appellerait aucune inquiétude » (Lobognon)

L’ex-ministre ivoirien des Sports, Alain Lobognon, proche de l’ancien président de l’Assemblée nationale Guilluame Soro

Photo : Archives

Abidjan, 31 mars 2020 -[ALERTE INFO]- « Le directeur de l’administration pénitentiaire, Boubakar Coulibaly a annoncé sans preuve que mon état de santé n’appellerait aucune inquiétude », a écrit dimanche, l’ex-ministre ivoirien des Sports, Alain Lobognon, proche de l’ancien président de l’Assemblée nationale Guilluame Soro, incarcéré depuis le 10 mars à la prison d’Agboville (75 kilomètres d’Abidjan), dans une lettre publiée mardi sur Facebook.

« Dans la déclaration qu’il a lue au JT de 20h du 25 mars 2020, M. Coulibaly, le directeur de l’administration pénitentiaire s’est autoproclamé médecin, en annonçant sans preuve que mon état de santé n’appellerait aucune inquiétude parce que dit-il, je suis suivi par mon médecin personnel », a écrit Lobognon dans une lettre, publiée sur Facebook.

Samedi, dans un communiqué lu au journal de la télévision nationale le directeur de l’administration pénitentiaire a « tenu à rassurer que la santé de M. Lobognon ne suscite aucune inquiétude et trouve infondé l’appel à sa mise en liberté, après que les avocats de l’ex-ministre aient soutenu entre autres que leur client souffrait depuis le dimanche 22 mars, ne bénéficiait d’ »aucun soin médical approprié ».

Alain Lobognon a révélé qu’il a « ressenti les symptômes d’un accès palustre dans la nuit du 22 au 23 mars (ajoutant) qu’il a été immobilisé quatre jours durant, (le conduisant) à s’auto administrer des médicaments de première alerte qu’il a toujours trimbalé dans ses bagages ».

Il a pousuivi, en indiquant que le directeur de l’administration pénitentiaire « s’est rendu à la prison d’Agboville dans le rôle de juge d’instruction cherchant à arracher des aveux de tailles (précisant) qu’à toutes ces questions il a affiché un silence citoyen sachant très bien qu’une de ses réponses aurait permis (à M. Coulibaly) de construire le contenu d’une déclaration officielle mensongère, destinée à présenter son univers carcéral comme un paradis ».

Poursuivi pour « troubles à l’ordre public », Alain Lobognon avait été interpellé en même temps que 14 autres proches de Guillaume Soro, dans la foulée du retour avorté de l’ancien président de l’Assemblée nationale à Abidjan le 23 décembre.

DAB

Commentaires
Haut