Insolite

Une Américaine plaide coupable d’avoir été seins nus devant son mari

insolite-usa-topless-justice-trial

Les services du procureur local estime que son acte constitue un attentat à la pudeur dans la société américaine actuelle

Photo : DR

Le couple faisait du bricolage torse nu pour ne pas se salir. Les trois enfants de l’époux étaient présents. La femme s’est retrouvée devant un tribunal.

Une Américaine poursuivie pour avoir été seins nus en présence de ses beaux-enfants alors qu’elle effectuait des travaux à son domicile a finalement conclu un accord avec l’accusation et plaidé coupable d’attentat à la pudeur devant un adulte : son propre mari.

Tilli Buchanan a dû se résoudre à cet étrange accord pour éviter d’avoir à passer en jugement et d’être fichée comme délinquante sexuelle en cas de condamnation, a expliqué son avocat à des médias de l’Utah (ouest des Etats-Unis), qualifiant toute cette affaire de « grotesque ».

Mme Buchanan était poursuivie après avoir été vue torse nu par les trois enfants de son mari, âgés de neuf à treize ans, alors que le couple effectuait de travaux d’isolation dans le garage de leur maison. Son mari se trouvait lui aussi torse nu au moment des faits mais n’a pas fait l’objet de poursuites. Le couple avait expliqué avoir décidé de se mettre en sous-vêtements pour éviter de se salir.

Les enfants avaient rapporté l’épisode à leur mère et Mme Buchanan avait fini par être inculpée en 2019. Elle avait protesté en vain, arguant que si son mari pouvait travailler torse nu, elle ne voyait aucune raison l’empêchant d’en faire autant.

Lire aussi :
La mairie de Roubaix installe des panneaux photovoltaïques mais oublie… de les brancher 6 mois après

Les services du procureur local ne l’ont pas vu de cet oeil, estimant qu’une femme montrant ses seins constituait bien un attentat à la pudeur dans la société américaine actuelle.

A la suite d’une négociation avec les services du procureur, Tilli Buchanan a donc reconnu mardi avoir exhibé ses seins nus devant un adulte, causant par la même « un trouble », même s’il s’agit en l’occurrence de son mari. L’accusation sera abandonnée dans un an si elle ne commet pas d’autre crime d’ici là.

Lire la source sur LePoint.

Commentaires
Haut