Culture

La ville de Grand-Lahou, « invitée » de la 3e édition du Festival international de la mer (promoteur, ITW)

ABIDJAN, 08 mars 2020 -[ALERTE INFO]- La ville de Grand-Lahou (Sud), « qui connaIt une catastrophe géologique » sera l’invité principal de la troisième édition du Festival international de la mer (Festimer), prévu du 03 au 04 avril à Abidjan, a indiqué dimanche le promoteur du festival Emile Veh, dans une interview à ALERTE INFO.

Est-ce que les villes concernées par l’érosion côtière seront associées à cette 3e édition du Festimer ?

Oui, cette année, nous avons invité de façon spécifique la ville de Grand-Lahou qui connaît aujourd’hui une catastrophe géologique avec tout ce que nous observons, la destruction des villages. Nous allons discuter de toutes les questions relatives à cette situation que vit Grand-Lahou.

Nous avons écrit formellement au maire et nous sommes en train de voir comment nous pourrions faire une réflexion à Grand-Lahou pour préparer Festimer 2021.

Quels pourraient être les retombées pour cette ville ?

Nous avons intitulé une digue pour Grand-Lahou, c’est un slogan que nous lançons pour que toutes les institutions capables d’aider Grand-Lahou viennent soutenir la ville. Si les ONG boostent le gouvernement, attire son attention cela peut aider à faire avancer le projet. C’est dans ce cadre que nous voulons travailler pour Grand-Lahou et nous voulons prendre à cœur le problème de Grand-Lahou.

Le Festimer est-il inspiré d’un festival étranger ?

Non, je suis habitant de Port-Bouët, il y a près d’une trentaine d’années, j’ai observé la situation que vit la commune et j’ai été aussi parrain de pêcheurs, j’ai vu leur difficulté et comment la mer est en train d’envahir le littoral.

J’ai vu toutes les questions liées à la mer, et j’ai vu qu’il était important de créer une plateforme pour que toutes les personnes qui sont dans le secteur puissent se retrouver pour réfléchir à des questions importantes.

Le festival est une plateforme qui regroupe tous les agents du secteur maritime pour discuter de toutes les questions relatives à la mer. Le festimer un forum d’échange entre universitaires et professionnels de la mer.

Quels enseignements avez-vous tiré des deux précédentes éditions ?

La première édition était purement d’ordre scientifique, nos avons invité des savants venus de partout dans le monde pour réfléchir à toutes les questions relatives à la mer. Il s’agissait de voir que la mer était une autre alternative au développement.

A la deuxième édition, nous avons alterné réflexion et aspect scientifique mais en même temps exposition d’activités maritimes. Nous avons mesuré cela à une grande dimension, mais nous n’avons pas eu les retombés escomptés à cette deuxième édition. Cette année, nous ramenons à une dimension plus réaliste où à la fois professionnels de la mer et universitaires vont se rencontrer pour discuter des questions relatives à la mer.

Avez-vous un accompagnement du gouvernement et des partenaires ?

Nous sommes à la recherche de partenaires et nous avons écrit à différentes institutions nous sommes en attente d’avoir des réponses favorables. Le gouvernement nous a dit qu’il est à l’étude, les semaines à venir nous attendons des réponses favorables de leur part.

EFI

Commentaires
Haut