Sécurité

La police ivoirienne fait son autocritique pour préparer la « délicate période électorale »

C’est un cadre d’évaluation et d’échanges pour faire face aux défis de maintien de l’ordre public et de la sécurité

Photo : APA

APA-Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) – La police nationale ivoirienne a entamé, mardi, à Yamoussoukro, la capitale politique et administrative du pays, la troisième édition de son séminaire-bilan pour définir des stratégies efficaces en vue de relever en 2020 les défis de la sécurisation de la «délicate période électorale» ainsi que la « prévention et la répression du terrorisme ».

Ce séminaire de réflexion vise à définir des stratégies efficaces de prévention et de répression du terrorisme, de gestion de la carrière des personnels de la police nationale, de détermination des politiques de formation des fonctionnaires de police et de sécurisation des élections qui seront marquées par la présidentielle prévue en octobre prochain.

Dans son allocution d’ouverture, le Représentant résident adjoint du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) Jonas MFouatié, a souligné que cette troisième édition-bilan de la police nationale constitue un « exercice exemplaire de bonne gouvernance ».

Cet exercice d’auto-questionnement est un cadre d’évaluation et d’échanges sur les défis, expériences et leçons apprises, un cadre d’identification de solutions innovantes pour faire face aux défis de maintien de l’ordre public et de la sécurité des biens et des personnes qui sont les missions fondamentales d’une police professionnelle.

Les forces de sécurité dont la police doivent se préparer à continuer à faire face aux risques de la criminalité transfrontalière, de terrorisme liés à l’extrémisme violent dans le sahel.

« La police nationale ivoirienne doit également se préparer à faire face aux défis liés au maintien de l’ordre public lors de la délicate période électorale dans le respect des libertés publiques, et des droits civils et politiques universellement reconnus comme droit pour les citoyens ivoiriens », a conclu Jonas MFouatié.

Le Général Vagondo Diomandé, ministre de la Sécurité et de la protection civile représenté par son directeur de cabinet, Benjamin Effoli a indiqué à son tour que « les défis sécuritaires sont de plus en plus imports ».

« La criminalité se réinvente dans les villes en utilisant des moyens sophistiqués. Le grand banditisme défie les frontières, l’immigration clandestine devient un fléau mondial et le terrorisme engouasse tous les citoyens du monde », a-t-il fait observer.

« C’est dans ce contexte que notre pays prépare une échéance électorale majeure » a poursuivi M. Effoli, invitant à ne pas perdre de vue « l’immensité de la tâche qui nous attend ».

L’organisation de ce séminaire autour du thème, « police nationale, je m’engage pour la cohésion et la paix sociale», bénéficie de l’appui financier du projet d’appui au renforcement des capacités de la police nationale, financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et mis en œuvre par le PNUD.

LS/APA

Commentaires
Haut