Bénin

20 Février 2020 – La presse béninoise toujours à fond sur la conférence nationale de 90

APA-Cotonou (Bénin) De notre correspondant : Ulvaeus Balogoun – La sortie médiatique du chef de l’Etat, Patrice Talon, hier à l’occasion de la célébration des 30 ans de la Conférence nationale des Forces vives de la Nation, domine la Une des quotidiens béninois reçus ce jeudi à APA.

« 30 ans après la Conférence nationale-Diagnostic et propositions de Patrice Talon pour relever le Bénin », titre Fraternité.

Le journal explique que le président de la République, Patrice Talon s’est livré, hier, à un entretien télévisé sur la télévision nationale afin de faire le bilan du parcours démocratique du Bénin depuis le renouveau démocratique en 1990 et le sens des réformes impulsées par son gouvernement depuis 2016.

« A en croire le chef de l’Etat, il y a lieu de s’interroger sur le fait que le développement ne soit pas au rendez-vous, 30 ans après la Conférence nationale. L’école s’est dégradée, la santé, les infrastructures minimums, le confort de vie, l’eau, l’électricité, manquent à la plupart des concitoyens », rapporte Fraternité.

A ce sujet, La Nation mentionne : « Le chef de l’Etat sur les 30 ans de la Conférence nationale : Relever maintenant le défi du développement ».

Selon ce journal, « les tares qui ont conduit au chaos à la fin des années 80, ont demeuré sous une forme ou une autre, après l’historique Conférence nationale des Forces vives de la nation béninoise, à travers la corruption restée impunie jusqu’il y a peu encore, avec son corollaire de mauvaise gestion du bien public. De même, le multipartisme intégral consacré par la Conférence nationale, a subi une transformation loin de mener le pays de l’avant. Le chantre du Nouveau départ, tout en s’appropriant les acquis de ladite conférence, estime pour sa part que le développement qu’elle est censée impulser doit prendre le pas sur toute autre considération. »

Actu-Express ajoute : « 30 ans d’expérience de démocratie libérale au Bénin-Talon entre pragmatisme, responsabilité et partage ».

Pour sa part, Bénin Intelligent relève « les objections de Talon sur le recul des libertés », notant qu’« à la question de savoir si les libertés ont reculé au Bénin, en cet anniversaire de la Conférence nationale qui a inauguré une nouvelle ère pour les libertés individuelles et collectives, Patrice Talon s’inscrit en faux ».

Le chef de l’Etat affirme dans Bénin Intelligent : « Ces choix que nous avons opérés il y a 30 ans à la satisfaction de tous les Béninois, de la nation entière sont à préserver. D’ailleurs, notre pays reste un pays de démocratie moderne. Les libertés ne sont pas compromises. Je n’ai pas l’impression que nous avons perdu la liberté de faire ce qui est permis et compatible avec l’intérêt général. On a peut-être perdu la liberté de faire impunément ce qui n’est pas compatible avec l’intérêt ou ce qui est préjudiciable à l’intérêt général ».

UB/te/APA

Commentaires
Haut