Présidentielle 2020

L’opposition demande un dialogue politique « direct » avec Ouattara

CDRP-POLITIQUE-opposition_ivoirienne

Selon l’opposition, « sur 12 points, il n’y a eu qu’un seul point d’accord » notamment « le remboursement de la caution à 5% »

Photo : Archives

Abidjan, 18 février 2020 – 14H18 GMT [ALERTE INFO] – L’opposition ivoirienne demande un dialogue politique « direct » avec le président Alassane Ouattara, après « l’échec » des discussions avec le gouvernement sur la révision du code électoral.

« Le gouvernement est incapable de mener des discussions, on ne veut plus du gouvernement Gon qui a échoué. L’opposition demande un dialogue direct avec M. Ouattara », a déclaré le secrétaire exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) Maurice Kakou Guikahué, lors d’une conférence de presse conjointe de l’opposition.

« Nous souhaitons des discussions de haut niveau », a ajouté l’ex-ministre Kabran Appiah.

L’opposition qui souhaite la poursuite des discussions sur le code électoral dénonce une « clôture unilatérale » du dialogue politique qui s’est achevé lundi sur des points de désaccord entre gouvernement et opposition.

« Les plateformes politiques EDS, CDRP, LMP, FPI/AFD, et l’URD marquent leur grande déception et leur totale désapprobation après l’interruption inacceptable des discussions », a déclaré le président de la plateforme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté Armand Ouégnin.

Pour M. Ouégnin, « par un tel comportement, le gouvernement confirme son manque de considération pour les organisations politiques ».

Lundi, à la clôture du dialogue, le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly s’était « réjoui » que les questions « du relèvement du cautionnement dans une fourchette discutée, du parrainage, la transhumance » figurent parmi « les points d’accord et convergence possible ».

Lire aussi :
Les populations invitées à créer un environnement électoral apaisé

Mais selon l’opposition, « sur 12 points, il n’y a eu qu’un seul point d’accord » notamment « le remboursement de la caution à 5% ».

Les questions du parrainage et du relèvement de la caution figurent au nombre des « points de convergence possible ».

L’opposition est « d’accord sur le principe du parrainage mais souhaite un parrainage citoyen » et « une caution de 50 millions FCFA » contre les 250 millions FCFA proposés par le gouvernement, a relevé la présidente de l’Union républicaine pour la démocratie (URD), Danièle Boni Claverie.

EFI

Commentaires
Haut