Culture

En huit ans, le BURIDA a versé cinq milliards FCFA aux artistes (Ministre)

Photo : APA

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)- Le Bureau ivoirien du droit d’auteur ( BURIDA), l’institution de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins en Côte d’Ivoire a versé en huit ans (2011-2019) environ cinq milliards FCFA aux artistes dans le pays, a annoncé jeudi à Abidjan, Maurice Kouakou Bandaman le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie.

« Le BURIDA était en faillite quand nous accédions à la tête du ministère de la Culture…Là où en 10 ans, le BURIDA a versé 600 millions, nous en en huit ans, nous avons versé cinq milliards FCFA aux artistes. Mais nous pouvons faire encore mieux et plus », a estimé M. Bandaman qui s’exprimait dans un discours lors de la rentrée culturelle 2020 de son département ministériel.

Selon lui, le BURIDA, « est devenu une société performante» se classant au troisième rang en Afrique parmi les sociétés de droits d’auteur sur le continent. Poursuivant, M. Bandaman a souhaité qu’il n’y ait plus de crise au sein de cette institution qui a vu installer récemment à sa tête de nouveaux dirigeants de transition.

Déclinant dans la foulée, les perspectives de son département ministériel pour cette année 2020, M. Bandaman a promis qu’il y aura dans tout le pays, la mise en place des infrastructures de diffusion de la culture, de l’art et de la danse.

A cet effet, il a annoncé pour « bientôt », la construction d’un centre commercial des arts, la construction d’un musée « aux normes internationales» dans la capitale économique ivoirienne et l’extension de l’Institut supérieur des arts et de l’action culturelle ( INSAAC).

Par ailleurs, il a ajouté qu’une cité des arts et du cinéma sera construite à Jacqueville dans le sud ivoirien. Auparavant, M. Bandaman s’est satisfait du bilan de sa gestion du ministère de la Culture depuis neuf ans.

« Nous avons fait du bon travail. Nous avons fait un travail de qualité», s’est-il félicité appelant cependant l’ensemble des acteurs de la culture à continuer sur cette lancée. « En cette année d’incertitude (faisant allusion à l’élection présidentielle d’octobre prochain), nous venons par la culture dire aux ivoiriens qu’ils ne doivent pas s’inquiéter », a promis M. Bandaman.

Quelque trente-sept personnalités du monde de la culture et des arts ont été décorées à cette occasion dans l’Ordre du mérite culturel ivoirien pour leur contribution au rayonnement de la culture.

Trois ont été faits Commandeurs dans l’Ordre du mérite culturel ivoirien. Il s’agit du styliste-modéliste Paté Ouédraogo dit Pathé’o, l’écrivaine-Poète Tanella Boni et la directrice de l’école nationale des beaux-arts Mathilde Moreau.

Quinze autres acteurs culturels ont été faits officiers dans l’Ordre du mérite culturel et dix-neuf ont été élèves au grade de chevalier dans l’Ordre du mérite culturel ivoirien. Cette rentrée culturelle 2020 du ministère de la Culture et de la Francophonie s’est tenue autour du thème, « La culture au service de la paix et de la cohésion sociale ».

LB/ls/APA

Commentaires
Haut