Sénégal

21 Janvier 2020 – Un ancien directeur de cabinet du président se paie la Une des quotidiens sénégalais

APA – Dakar (Sénégal) Par Abdourahmane Diallo – Les quotidiens sénégalais parvenus mardi à APA traitent essentiellement de la création du mouvement politique « Manko Taxaawou sunu APR » par l’ancien directeur de cabinet du président Macky Sall, Moustapha Diakhaté.

« Moustapha Diakhaté défie Macky », barre à sa Une L’AS quotidien précisant que l’ancien président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle « a décidé de porter sur les fonts baptismaux une entité dénommée : « Manko Taxaawou sunu APR : initiative pour la refondation de l’Alliance ».

Selon ce journal qui se demande s’il s’agit d’un mouvement ou d’un courant politique au sein du parti présidentiel, « (…) l’ancien chef de cabinet du président Macky Sall est en train de se construire un nouveau destin politique ». Cela fait dire à Walf Quotidien que « Moustapha Diakhaté (a désormais) un pied dehors ».

Dans les colonnes du même journal, le porte-parole adjoint de l’Alliance pour la République (APR), Abdou Mbow, « lui indique la porte de sortie ». « Nous voudrions dire à M. Diakhaté qu’il est libre de créer un mouvement, mais ce qui est sûr est ce sera en dehors de l’Alliance pour la République. Parce que, lui-même, a fini de montrer qu’il n’est plus membre de l’Alliance pour la République », dit-il.

Le Quotidien en conclut que « Le courant (de Moustapha Diakhaté) hausse la tension » au sein du parti présidentiel.

Sous le titre « Mary Teuw Niane, une nouvelle équation dans le Macky », L’Observateur consacre toute une enquête à la nouvelle ambition politique de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et soutient que le candidat à la mairie de Saint-Louis (nord), « Un peu en marge du parti présidentiel depuis sa non-reconduction au gouvernement, malgré ses retentissantes victoires dans le département de Saint-Louis, (…) semble aujourd’hui opter pour la confrontation pour solder des comptes politiques ».

Sur un tout autre sujet, EnQuête revient sur ce qu’il appelle « Les régimes et +leurs+ dettes » et arbore ce titre : « Ces +boulets+ qui freinent le Sénégal ».

« Le Sénégal doit toujours rembourser des emprunts dont l’essentiel s’est constitué entre 1980 et 2000. Le pays n’a pas encore fini de payer pour Manantali en 2026 ; l’autoroute de l’Avenir et Dalal Jamm en 2039. Diouf, Wade et Macky ont tous contribué à contracter et à alourdir la dette publique », écrivent nos confrères qui soulignent que « Les différents régimes s’endettent, se succèdent et ne finissent pas forcément d’éponger ».

Le quotidien national Le Soleil consacre sa parution du jour au Sommet Royaume-Uni/Afrique et reprend à sa Une cette déclaration du président Macky Sall lors de son entretien avec le Premier ministre britannique, Borris Johnson : « Le Sénégal est ouvert à tous ses partenaires ».

Le journal informe par ailleurs que le chef de l’Etat sénégalais a obtenu de la banque Standard Chartered « 155 milliards de FCfa (…) pour la construction du stade olympique de Diamniadio (périphérie de Dakar ».

ARD/APA

Commentaires
Haut