Economie

Le PIB par habitant a atteint un million F CFA en 2019

souleymane-diarrassouba-commerce-industrie-pib

Ces données ont été indiquées par le ministre ivoirien du Commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba

Photo : APA

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – Le Produit intérieur brut (PIB) par habitant en Côte d’Ivoire, indicateur économique reflétant le revenu brut par tête d’habitant, s’est établi à 1704 dollars US (1 005 219 FCFA) en 2019 contre 1237 dollars (729 587 FCFA) en 2012, soit une hausse de plus de 38%.

Ces données ont été indiquées par le ministre ivoirien du Commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba, à l’occasion d’un atelier de dissémination de la politique sur les opérations non souveraines de la Banque africaine de développement (BAD), au siège de l’institution à Abidjan.

« Le taux d’investissement privé, en Côte d’Ivoire, est passé de 7,5% en 2012 à 16,5% en 2019, (tandis que) le PIB par tête d’habitant a progressé de 1 237 dollars (729 587 FCFA) par habitant en 2012 à 1 704 dollars US (1 005 219 FCFA) en 2019, soit une hausse globale de plus de 38% », a dit M. Diarrassouba.

L’Etat de Côte d’Ivoire veut faire du secteur privé un « partenaire privilégié » pour son développement économique et social. Une initiative qui vise à accélérer la croissance économique et à contribuer à la transformation structurelle et au développement durable du pays.

Avec l’appui des bailleurs de fonds, la Côte d’Ivoire affiche une croissance annuelle moyenne de plus de 8% par an sur les huit dernières années. La BAD s’est engagée à soutenir le pays dans la transformation agricole dans le cadre du deuxième Plan national de développement (PND, 2016-2020).

Cet atelier de la BAD a permis aux acteurs du monde économique de découvrir la nouvelle politique de l’institution sur ses opérations non souveraines. Un accompagnement en termes de financement accordé aux pays membres régionaux par le biais d’un Guichet dédié au secteur privé.

Les opérations non souveraines se veulent des prêts octroyés sans garantie des Etats. Ces financements de la BAD ont été requis dans le mandat de la banque par les actionnaires qui souhaitent plus de fonds en direction du secteur privé en vue de la création d’emplois décents.

En vue d’élaborer une stratégie de développement industrielle et inclusive en Côte d’Ivoire, impliquant le secteur privé et les partenaires au développement, le gouvernement ivoirien a signé en 2019 un accord avec l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI).

Dans le cadre de cette initiative du développement industriel intégré fédérant les actions tant publiques que privés, l’Etat de Côte d’Ivoire a défini des projets prioritaires de développement industriels que la BAD devrait soutenir financièrement.

M. Diarrassouba a exhorté les équipes de la BAD en charge de ce dossier ainsi que ses services à faire preuve de diligence afin de parvenir à un accord en identifiant les leviers de financements concessionnels aux Etats membres régionaux ainsi que ceux relatifs aux opérations non souveraines.

AP/ls/APA

Commentaires
Haut