Insolite

Au Québec, un ancien directeur de police se reconvertit dans la vente de cannabis

yvan-delorme-police-canada-insolite-dg-société-cannabis

Après sa légalisation, l’ancien chef de police voit davantage les bienfaits thérapeutiques du cannabis

Photo : DR

L’ancien directeur de la police de Montréal a choisi une reconversion des plus étonnantes : il est désormais à la tête d’une entreprise candidate à la vente de cannabis, légalisé au Canada en 2018.

Il est des carrières étonnantes mais personne n’aurait parié sur l’évolution de celle d’Yvan Delorme. L’ancien directeur du service de police de la Ville de Montréal (SPVM) s’est reconverti dans la vente… de cannabis. Le Journal de Montréal a relaté cette histoire pour le moins saugrenue.

Chef d’une entreprise de vente de cannabis
De chef de la police, Yvan Delorme est maintenant à la tête de Québec Gold Tech. L’entreprise fait partie des 14 producteurs qui ont signé des lettres d’intention avec la Société québécoise du cannabis qui a pour mandat de gérer la vente au Québec. Le cannabis a été légalisé au Canada en octobre 2018.

Le nouveau chef d’entreprise ne débarque pas en terres inconnues. Dans les années 1980-1990, Yvan Delorme a notamment été agent infiltré pour confondre les trafiquants de drogue. Plus tard, il a pris la tête de la Division des stupéfiants et des produits de la criminalité, avant de devenir chef de la police de Montréal.

Lutte contre les trafiquants, pas les consommateurs
Une nouvelle carrière en contradiction avec son histoire ? Pas le moins du monde, selon lui, qui explique avoir lutté contre les trafiquants et non les consommateurs de cannabis. « Ça fait longtemps que je me suis distancé de la lutte aux stupéfiants, il faut plutôt faire en sorte que les gens aient une consommation responsable, comme pour l’alcool », a-t-il précisé au Journal de Montréal.

Lire aussi :
Belgique : il obtient son diplôme universitaire à… 9 ans !

Après sa légalisation, l’ancien chef de police voit davantage les bienfaits thérapeutiques du cannabis. « Si je m’étais intéressé au sujet de cette façon au lieu de m’intéresser à l’aspect criminel, j’aurais probablement fait essayer ça à mon père », qui souffrait de la maladie de Parkinson.

C’est d’ailleurs dans cette direction qu’Yvan Delorme souhaite mener QC Gold Tech : « On veut faire de la recherche pour aider les personnes qui souffrent d’angoisse, de stress, de maladie ».

Source : LaDépêche

Commentaires
Haut