Présidentielle 2020

« La seule bataille qui vaille est celle des urnes » (Soro)

Soro-Korhogo-machette

ABIDJAN, 25 décembre 2019 – 08H32 GMT [ALERTE INFO]- L’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, a appelé à la « sérénité » car « la seule bataille qui vaille est celle des urnes », accusant le « pouvoir » d’avoir pris la « décision arbitraire et totalement infondée de (l’)interdire de rentrer dans (son) propre pays » lundi, dans une déclaration publiée mardi soir.

« La sérénité s’impose aujourd’hui et la seule bataille qui vaille est celle des urnes et celle de la démocratie. Elle va venir », écrit M. Soro, après avoir accusé le « pouvoir en place » de l’ »interdire de rentrer dans (son) propre pays » parce qu’il est « candidat à l’élection présidentielle et désormais opposant au système (Alassane) Ouattara », le chef de l’Etat.

Attendu à Abidjan lundi après plus de six mois à l’étranger, l’avion qui le transportait a été dérouté en direction d’Accra au Ghana, en raison de la menace d’un « assaut » contre l’aéronef, a expliqué le leader du mouvement Générations et peuples solidaires (GPS) qui a finalement regagné l’Europe.

Plus de 800 policiers et gendarmes ont été déployés dans la capitale économique à l’occasion de ce retour et une quinzaine de collaborateurs de Guillaume Soro, dont cinq députés, ont été arrêtés.

« Cette dérive autoritaire est digne des pires régimes dictatoriaux. Mais je garde une foi intacte dans mon pays et dans le peuple ivoirien (…) Nous surmonterons ce défi pour installer ensemble une démocratie vraie en Côte d’ivoire. Je m’y engage avec force », a poursuivi M. Soro, visé par un mandat d’arrêt international pour « présomption grave de tentative d’atteinte contre l’autorité de l’Etat » et « détournement de deniers publics » entre autres.

Le président de GPS, qui dit avoir été « contraint » à la démission de son poste à l’Assemblée nationale en février par ses ex-alliés du pouvoir, a reçu les soutiens de Charles Blé Goudé, des députés de l’opposition et de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP, plateforme de l’opposition).

MYA

Commentaires
Haut