Europe

Les troupes françaises interviennent sur « demande expresse » des Etats

Si un État souverain dit ne pas avoir besoin de la France sur le plan militaire, « nous n’avons pas à y être ! », a-t-il martelé

Photo : DR

APA-Niamey (Niger) De notre correspondant : Assane Seydou – L’intervention des troupes françaises, dans le cadre de l’opération Barkhane, a eu lieu « à la demande expresse » des dirigeants des Etats du G5 Sahel et, partant de là, il est nécessaire que ces derniers assument clairement leur requête, a déclaré le président Emmanuel Macron.

« Je ne peux pas accepter d’envoyer nos soldats sur le terrain, dans des pays où cette demande n’est pas clairement assumée et où ils interviennent dans un cadre qui ne correspond pas à la dignité que nous leur devons », a notamment dit le M. Macron, lors d’un point de presse avec son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, dimanche à Niamey.

Citant l’exemple du Niger qui, selon lui, s’est montré conséquent, le président français a déclaré : « J’attends la même clarté de tous les dirigeants » des autres pays du G5 Sahel, formés outre du Niger, du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie et du Tchad.

Si un État souverain de la région dit ne pas avoir besoin de la France ou de la présence internationale sur le plan militaire, « nous n’avons pas à y être ! », a-t-il martelé.

Arrivé à Niamey pour une visite de quelques heures, Emmanuel Macron a profité de l’occasion pour rendre hommage aux 71 soldats nigériens, morts récemment.

« J’ai tenu aujourd’hui à venir m’incliner devant les dépouilles de vos soldats tombés le 10 décembre dernier à Inatès, pour témoigner le respect que nous leur devons, notre solidarité pour leurs familles comme pour vos armées et pour toute la nation », a dit Macron.

Pour sa part, le président Issoufou Mahamadou a vivement salué la venue au Niger de son homologue français, soulignant que sa visite confirme l’engagement de Paris dans la lutte contre le terrorisme que mène son pays. Dans cette « guerre » a-t-il déploré, des hommes meurent tant du côté nigérien que français.

AS/cat/APA

Commentaires
Haut