Education

Le FPI appelle à un « dialogue inclusif pour éviter la faillite du système éducatif »

AFfi-Nguessan-FPI-Gbagbo-0014

Depuis le 05 décembre, l’école ivoirienne est secouée par endroits, par des manifestations, des violences orchestrées par des élèves

Photo : Archives

Abidjan, 16 décembre 2019 – 09H04 GMT [ALERTE INFO] – Le Front populaire ivoirien (FPI, opposition) dirigé par Pascal Affi N’Guessan a appelé le gouvernement à « ouvrir un cadre de dialogue inclusif avec les acteurs de l’éducation nationale pour éviter la faillite du système éducatif », suite à des violences visant à « anticiper » les congés de Noël et du Nouvel an qui ont fait trois morts.

« Le FPI invite le gouvernement à ouvrir un cadre de dialogue inclusif avec les différents acteurs et partenaires de l’éducation nationale afin d’éviter la faillite du système éducatif de notre pays », indique une note signée du porte-parole Issiaka Sangaré.

Depuis le 05 décembre, l’école ivoirienne est secouée par endroits, par des manifestations, des violences orchestrées par des élèves pour des congés anticipés.

Un élève de troisième (3e) a été éventré à Anyama (nord d’Abidjan), un autre de la Terminale (Tle) égorgé à Daloa (Centre-ouest) et une élève assassinée à Dimbokro (Centre est), a rappelé M. Sangaré qui accuse les forces de l’ordre d’avoir ouvert le « feu sur des manifestants et causé la mort » de l’apprenante.

Pour le FPI, « en agissant à posteriori pour prendre des sanctions, le gouvernement à failli dans sa capacité à anticiper un phénomène dont la résurgence au fil des années devait appeler la mise en place d’un dispositif dissuasif ».

L’ex-parti au pouvoir a condamné « les forces de l’ordre qui ont fait un usage disproportionné de la force, entraînant la mort par balle d’une élève » et appelé à « l’ouverture d’une enquête pour élucider les circonstances de la mort de l’élève de Dimbokro ».

EFI

Commentaires
Haut