Elevage

Le pôle élevage, une grande attraction du SARA 2019 (MAGAZINE)

Abidjan, 01 decembre 2019 -[ALERTE INFO]- Le pôle élevage composé d’une centaine de bêtes de la famille des caprins, bovins, oiseaux, poissons … de différentes espèces, toutes aussi impressionnantes les uns que les autres, en provenance de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Burkina Faso et du Niger, a constitué pendant neuf jours l’une des grandes attractions de la 5e édition du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA).

« Allez-y, prenez autant de photos que vous voulez, je peux même vous aider », propose Alain Djera l’un des exposants représentant la ferme Djera production de Toumodi (), devant l’enclos de deux jeunes Autruches dont « les parents viennent d’Afrique du Sud », « les stars » de à peine six mois, mais impressionnantes de ce pôle.

« Depuis l’ouverture du SARA (vendredi), je reçois par jour plus de 150 visiteurs qui veulent tout savoir sur ces animaux que la plus part voient pour la première fois en vrai, du coup, je parle depuis pour expliquer les mêmes choses », confie M. Djera, le visage empreint de fatigue, mais tout de même avec le sourire.

Le jeune homme, pétrolier de formation et fils du propriétaire de la ferme explique être venu « pour la première fois » au SARA pour « présenter différents animaux que comptent la ferme familiale », et assure « être satisfait », car « tout le monde veut voir les autruches auxquelles ils s’intéressent beaucoup ».

Sous le regard de plus en plus étincelant, étonné et impressionné des centaines de visiteurs qui se succèdent et se bousculent dans les allées, les animaux exposés semblent s’être accoutumés et se prêtent aux jeux en facilitant les incessantes séances photos.

« Ils sont énormes et tellement différents de ceux qu’on a l’habitude de voir », indique Jeanne Kouamé, ajoutant « je ne regrette pas d’être venu principalement pour découvrir les animaux d’ici et d’ailleurs ».

La mère de famille entend revenir « avant la fin du salon avec (ses) enfants et d’autre membres de (sa) famille dans ce Zoo aménagé » à la grande satisfaction des adeptes des animaux.

Une famille d’expatriés, curieuse parcourent le parc à la découverte de l’une des plus belles bêtes du pôle nommée « la limousine » qui pèse plus de 800 kg; un taureau de 5 ans pesant 1 tonne 200 kilos, un Zébus du Sahel 5 ans 500kg ; »le Braman d’Asie », une race de poulet pesant plus de 7 kilos; le mouton d’un blanc immaculé « Bali Bali » du Mali; les porcs de race « Piétrain » et « Du Roc » pesant plus de 200 kg qui représentent entre autres des autres attractions du parc.

« Maman regarde, les lapins, regarde là, les poisons », découvre tout existé l’un des fils du couple.

Outre les animaux locaux, la grande innovation qui est mise en avant par les organisateurs sont les animaux issus de croissement comme l’énorme taureau Ivoiro-Brésilien de 5 ans.

Ces animaux, qui rencontrent beaucoup de succès, seront bientôt « vulgarisés auprès des jeunes éleveurs » grâce à la promotion du croisement entreprise par le ministère des Ressources halieutique, explique M. Traoré, responsable du pôle élevage du SARA 2019.

C’est dans cette vision que, par le concours des animaux du SARA 2019, matérialisé jeudi par une parade des animaux fort appréciée, le ministère a « cherché à récompenser les éleveurs qui ont fait des efforts de croisement ».

Avant de repartir dans leurs fermes, en attendant le SARA prochain, certains exposants profitent de cette grande affluence pour faire de bonne affaire en cédants des animaux, d’autres encore offrent de courtes séances d’équitation aux grands comme aux tous petits.

« C’est tout ça le SARA », rétorque Adama Coulibaly, visiteur.

EMA

Commentaires
Haut