Politique

“Gbagbo ne doit pas être l’unique objet de nos revendications’’, affirme Simone Gbagbo

simone-ehivet-gbagbo-fpi-politique
Photo d'archives

ABIDJAN, 30 novembre 2019 – 17H21 GMT [ALERTE INFO]- L’ex-Première Dame de Côte d’Ivoire Simone Gbagbo a exhorté samedi à Abidjan les femmes de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI, opposition), à ne pas faire du retour de son mari, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle en Belgique, “ l’unique objet de (leurs) revendications’’ politiques.

“Aujourd’hui dans le combat que nous menons, nous devons le mettre au centre de toutes nos revendications. Je ne dis pas qu’il doit être l’unique objet de nos revendications. Ce n’est pas ce que je dis. Il faut qu’on se comprenne bien. Celui qui dit qu’il veut faire de Gbagbo Laurent, l’unique objet de nos revendications, répondez-lui clairement : arrière de moi Satan’’, a déclaré Simone Gbagbo, à l’ouverture de la 5e assemblée générale ordinaire de l’organisation des femmes du FPI (OFFPI).

Cette AG dont le thème était: “réflexion sur la contribution des femmes du FPI à la réconciliation nationale et aux élections’’, s’est déroulée à Azito en présence de plusieurs cadres du parti et d’une délégation des femmes du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Absent, le secrétaire général du parti et parrain de cette manifestation, Assoa Adou, était représenté par Boubacar Koné.

Dans un rappel historique, l’ex-première Dame a expliqué les raisons de la création de l’OFFPI et du choix de Laurent Gbagbo pour conduire le FPI, créé dans la clandestinité en 1982.

“On a crée l’OFFPI pour que les femmes à l’intérieur du FPI deviennent des personnalités politiques façonnées par la pratique, les responsabilités, les réflexions fortes, profondes et solides’’, a-t-elle d’abord indiqué, avant d’ajouter : “il y avait aussi la nécessité d’aider les femmes du FPI dans les structures qui leur sont dédiées à s’approprier la vision du FPI’’.

Sur le second point, elle a insisté sur la qualité de la “vision salvatrice’’ de son parti pour la Côte d’Ivoire dont Laurent Gbagbo était “le porteur’’.

“Gbagbo a porté cette vision avec puissance, compétence, intégrité, courage et avec force et a su par sa parole convaincre les Ivoiriens (…) C’est la raison pour laquelle chaque fois que l’un d’entre vous se lève pour dire revendiquons le retour de Gbagbo Laurent, il a raison’’, a-t-elle indiqué d’emblée.

Pour elle, “Gbagbo est au centre des revendications (des militants) parce qu’il est la tête qui symbolise (la) vision’’.

“S’il n’est pas là, notre vision est tuée. Donc, il doit être là. Mais notre vision, ce n’est pas Gbagbo Laurent, notre vision c’est la Côte d’Ivoire nouvelle. Et le jour que Dieu lui-même va décider que Gbagbo Laurent n’est plus là, est-ce que notre vision va mourir ?’’, a-t-elle interrogé son auditoire qui a répondu en chœur : “Non’’.

SKO

Commentaires
Haut