Football

Emery, le naufrage en 5 chiffres éloquents

Sous l’égide du Basque, Arsenal a connu neuf capitaines différents, un symbole de sa fin de règne

Photo : DR

PREMIER LEAGUE – Unai Emery n’est plus l’entraîneur d’Arsenal. Le club londonien a confirmé la sentence ce vendredi, mettant fin au calvaire connu ces dernières semaines par l’Espagnol. Son bilan chiffré n’a rien de très convaincant, la preuve.

49%
Comme le pourcentage de victoires d’Arsenal en Premier League depuis son arrivée sur le banc. En 51 matches, les Gunners n’ont récupéré les trois points qu’à 25 reprises pour 13 nuls et 13 défaites. Grâce à son excellent bilan en Europa League (70% de victoires et une finale la saison passée), l’Espagnol présente un taux à 55% de victoires toute compétitions confondues. Mais, en championnat, c’est bien trop juste. Depuis son arrivée à l’été 2018, Arsenal occupe la 5e place avec 88 points, à égalité avec Tottenham, mais reste très loin de Liverpool (134), Manchester City (126) et même Chelsea (98).

1992
Il faut remonter au 24 octobre pour retrouver trace d’une victoire d’Arsenal cette saison. C’était face à Guimarães (3-2), en Ligue Europa. Et les Gunners avaient pu compter sur deux coups francs de Nicolas Pépé dans les dix dernières minutes pour s’en sortir… Sept matches plus tard, les coéquipiers d’Alexandre Lacazette n’ont pas retrouvé le chemin de la victoire. Jamais le club londonien n’avait connu une telle série sous Arsène Wenger et il faut remonter à 1992 pour voir quelque chose de comparable. A l’époque, les hommes de George Graham avaient atteint la barre des huit.

Comme Wenger (mais sur la fin)
En 51 matches de Premier League, Emery a cumulé le même total de points (88) qu’Arsène Wenger sur ses 51 dernières rencontres de championnat avec Arsenal. Une fin de course durant laquelle l’Alsacien était très critiqué. Après une expérience de près d’un an et demi, le technicien basque n’a donc pas fait mieux que son prédécesseur. Loin de l’électrochoc attendu.

9e à l’extérieur
C’est la maladie Emery. Fort à domicile mais tellement friable à l’extérieur. Séville a connu ça. Le PSG aussi d’ailleurs. Alors, forcément, les Gunners ont fini par être contaminés. Depuis août 2018, Arsenal n’est que la 9e équipe de Premier League la plus performante à l’extérieur avec 30 points en 25 matches. Wolverhampton et Crystal Palace présentent un meilleur bilan… C’est dire.

9 capitaines différents
Ce fut le symbole de sa fin de règne et d’une perte de contrôle relative au sein du vestiaire londonien. Sous l’égide du Basque, Arsenal a connu neuf capitaines différents. En seulement un an et demi. Laurent Koscielny (24), Granit Xhaka (15), Petr Cech (12) et Mesut Özil (9) ont notamment été les plus sollicités pour porter le brassard. Quand on sait que deux d’entre eux ont quitté le club et que deux autres sont des parias…

Source : eurosport.fr/football/

Commentaires
Haut