Culture

Les Hôyougou ou les « prédiseuses d’avenir » en pays Tagbana

Dans la culture Tagbana, elles sont consultées pour « prédire l’avenir » et conjurer le mauvais sort

Abidjan, 28 novembre 2019 – [ALERTE INFO] – Au son d’un tam-tam, une vingtaine de femmes, vêtues de rouge et blanc, des têtes d’animaux masqués par des perles sur la tête, dansaient au terrain Nallo Bamba de Niakara (Nord) avant l’arrivée du président ivoirien Alassane Ouattara pour la deuxième étape de sa visite dans la région du Hambol (Centre Nord).

Des pagnes tissés en « rafia, spécialement travaillés » à la taille, des chasse-mouches en main, kaolin et perles sur le corps, les pieds nus, les Hôyougou étaient l’une des attractions parmi les danses traditionnelles mobilisées pour l’accueil de M. Ouattara.

Dans la culture Tagbana, elles sont consultées pour « prédire l’avenir » et conjurer le mauvais sort. Ces femmes représentent un échantillon de plus de 200 personnes dont des hommes.

La danse « authentique et culturelle », l’équivalent des « komian » en pays Akan, sort occasionnellement pour différents événements comme l’arrivée de Alassane Ouattara qui a réuni une foule compacte au stade Nallo Bamba où flottaient des banderoles avec des messages de soutien au président.

« Pour des cérémonies comme celle d’aujourd’hui, le chef les sollicite pour voir les dispositions à prendre pour ce que la cérémonie se passe bien, sans incident », explique la porte-parole Jeanne Koné, vêtue d’un pagne à l’effigie du président.

« Quand elles te disent quelque chose, il faut les prendre au sérieux », témoigne un habitant, même s’il reconnait que leur rôle est souvent remis en cause en raison de la modernité.

Pour intégrer la danse, il faut « au moins trois mois d’initiation » auprès d’une ancienne, après avoir été choisi par les « esprits » au cours d’une sortie en public des Hôyougou.

Si par le passé, il était interdit de les photographier sans permission, les Hôyougou ou « porteuses de têtes d’animaux », sont sollicitées aujourd’hui pour des festivals comme le carnaval de Korhogo (Nord), le carnaval de Niakara ou encore le festival de Katiola.

EFI

Commentaires
Haut