Sécurité

Ouattara ouvre un commissariat de police à Bocanda pour lutter contre l’orpaillage clandestin

Il permettra de lutter contre tout ce qui est insécurité dans la zone, notamment les problèmes liés à l’orpaillage clandestin

Photo : APA

APA-Bocanda (Côte d’Ivoire) – Le président ivoirien Alassane Ouattara a procédé vendredi à l’inauguration du premier commissariat de police de Bocanda dans le centre ivoirien en vue de contribuer à lutter contre l’insécurité et contre le fléau de l’orpaillage clandestin qui mine cette localité, a constaté APA sur place.

Bâti sur une superficie de 4800 m², ce commissariat de police fort de 45 agents, a coûté plus de 528 millions FCFA. « En terme de coût, c’est un bâtiment qui fait 528 966 000 FCFA dont 184 millions FCFA pour l’équipement et 344 millions FCFA pour la construction », a expliqué Vagondo Diomandé, le ministre ivoirien de la sécurité et de la protection civile.

« Il permettra de lutter contre tout ce qui est insécurité dans la zone, notamment les problèmes liés à l’orpaillage clandestin. C’est un commissariat futuriste qui répond aux règles que nous imposent les normes internationales », a-t-il ajouté.

Cependant, a précisé le ministre, « ce n’est pas la fonction première du commissariat de lutter contre l’orpaillage clandestin. Mais c’est pour épauler la gendarmerie nationale ».

La question du fléau de l’orpaillage clandestin a refait surface en Côte d’Ivoire depuis quelques mois après des propos de Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-allié au pouvoir) qui a condamné ce phénomène.

« On fait venir des étrangers armés qui sont stationnés dans beaucoup de village à travers l’orpaillage clandestin… Il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire », avait soutenu M. Bédié dont les propos ont été qualifiés de « xénophobes » par la coalition au pouvoir.

LB/ls/APA

Commentaires
Haut