Insolite

Ile-de-France : un serveur pirate qui infectait 850.000 ordinateurs neutralisé par les cybergendarmes

photo-d-archives-d-un-gendarme-de-la-brigade-de-repression-de-la-cybercriminalite-le-21-fevrier-2011-dans-les-locaux-de-la-gendarmerie-de-dijon_6011298

En six mois et pour la première fois, les cybergendarmes ont réussi à neutraliser le serveur malveillant

Photo : DR

C’est une première mondiale indique la gendarmerie nationale ce mercredi matin. Un serveur pirate situé en Ile-de-France a été neutralisé par les cybergendarmes. Ce serveur infectait 850.000 ordinateurs dans le monde à des fins crapuleuses. Une centaine d’ordinateurs étaient concernés en France.

C’est une première mondiale et ce sont des cybergendarmes français qui ont réussi ce coup de maître. Ils ont neutralisé un serveur pirate indique la gendarmerie nationale. Ce serveur était hébergé en Ile-de-France. Le virus, connu sous le nom de « Retadup », avait été introduit dans 850.000 ordinateurs dans le monde, principalement en Amérique centrale et en Amérique du sud. En France une centaine d’appareils étaient infectés sans que les propriétaires s’en rendent compte.
Le serveur sévissait depuis 2016. Reste encore à retrouver les créateurs de ce virus. Le groupe criminel à l’origine de ce piratage n’a pas encore été identifié.

Les cybercriminels ont empochés des millions d’euros
Grâce à ce virus, le serveur pouvait prendre le contrôle des machines et les commander à distance pour commettre des actions crapuleuses qui rapportaient beaucoup d’argent. Il pouvait créer de la cryptomonnaie Monéro, utiliser des « ransomware » (des logiciels d’extorsion), voler des données d’hôpitaux comme en Israël ou encore bloquer des systèmes numériques. Ce serveur aurait permis à ses auteurs d’empocher plusieurs millions d’euros, estiment les gendarmes.

Les cybergendarmes ont neutralisé le serveur malveillant en six mois
C’est la société Avast, qui conçoit des antivirus, qui signale l’existence de ce serveur début 2019 au centre de lutte contre les criminalités numériques de la gendarmerie.

Lire aussi :
Un enfant de 5 ans sauve 12 personnes d’un incendie à Chicago

En quelques semaines, grâce à une faille découverte dans le logiciel des pirates, les cybergendarmes ont réussi à localiser le serveur pirate en Île-de-France. Le parquet de Paris a alors ouvert une enquête avec l’aide du FBI aux États-Unis.

En six mois et pour la première fois, les cybergendarmes ont réussi à neutraliser le serveur malveillant. Ils ont désinfecté des centaines de milliers d’ordinateurs.

Source : FranceBleu

Commentaires
Haut