Politique

« La Constitution ne sera pas modifiée », assure Lobognon

Alain Lobognon-MVCI-guillaume-Soro-politique

Abidjan, 14 septembre 2019 -[ALERTE INFO]-Le député ivoirien Alain Lobognon, Vice-président du Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI, opposition) a assuré samedi à Abidjan que la Constitution, à laquelle le président Alassane Ouattara a dit vouloir apporter des modifications, « ne sera pas modifiée » parce que le parti présidentiel n’a pas deux tiers des sièges au Sénat et à l’Assemblée nationale, lors d’un meeting.

« L’essentiel est de ne pas tomber dans le piège que vous tend le RHDP (parti présidentiel) qui est de vous dire qu’on va modifier la constitution. Dormez tranquille, la constitution ne sera pas modifiée », car « ils n’ont pas la majorité » pour y parvenir, a dit M. Lobognon, au meeting conjoint des deux plus grands partis de l’opposition, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Front populaire ivoirien (FPI).

Assurant qu’un projet de modification de la Constitution « ne passera pas » au Parlement parce que le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) « n’a pas (les) deux tiers (requis) au niveau du Sénat et de l’Assemblée nationale réunis », il a appelé les quelque 10.000 militants présents à « se tenir prêts pour figurer sur les listes électorales », afin de « voter non » en cas de référendum.

« C’est vrai, à l’Assemblée nationale certains députés sont sous tutelle, mais tous les députés ne sont pas sous tutelle », a poursuivi Alain Lobognon, promettant que « pour l’élection de 2020 », les parlementaires « joueront leur partition ».

Dans une interview mardi sur France 24, le président du PDCI, Henri Konan Bédié, a estimé qu’une éventuelle modification de la Constitution de 2016, qu’il a qualifiée de « tripatouillage », serait « contraire » au texte et pourrait constituer « un problème grave pour la stabilité du pays ».

La veille de la fête de l’indépendance le 06 août, M. Ouattara a indiqué qu’ »il y aura des modifications dans la Constitution parce qu’il y a de petites choses qui méritent d’être adaptées », tout en précisant que ces changements ne sont pas motivés par une éventuelle volonté de « recaler des candidats » à la présidentielle de 2020.

MYA

Commentaires
Haut