Burkina Faso

Six gendarmes tués dans une embuscade au Burkina Faso

Le Burkina Faso fait face, depuis plus de trois ans, à des attaques terroristes récurrentes

Photo : APA

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini – Six gendarmes burkinabè ont perdu la vie dans une embuscade tendue par des hommes armés non identifiés à une dizaine de kilomètres de Inata, dans la région du Sahel, à l’extrême Nord du Burkina Faso, a appris APA mardi de sources concordantes.

Selon ces sources, l’embuscade a eu lieu lundi, au moment où une équipe du détachement de gendarmerie de Inata revenait d’un ravitaillement près de Djibo, dans la province du Soum (environ 200 km au Nord de Ouagadougou).

Ce drame (non encore confirmé par l’armée encore moins le gouvernement) intervient au lendemain de deux attaques terroristes qui ont fait, selon le gouvernement, au total 29 civils tués dans les régions du Centre-Nord et du Nord.

La première de ces attaques, renseigne un communiqué gouvernemental reçu lundi à APA, s’est soldée par un bilan de 15 civils tués et de 6 autres blessés, lorsqu’un camion de transport qui circulait dimanche sur l’axe Barsalgho-Guenbila (région du Centre-nord), a roulé sur une mine.

Selon toujours le gouvernement, la seconde attaque a eu lieu, également dimanche, et sous forme de braquage d’un convoi de vivres pour des réfugiés. Bilan de cette exaction qui s’est déroulée sur l’axe Dablo-Kelbo (Nord) : 14 civils tués et d’importants dégâts matériels.

Le ministre de la Communication Remis Fulgance Dandjinou a assuré que des mesures supplémentaires de sécurisation sont en cours d’exécution dans les deux régions (Centre-nord et Nord).

Il a aussi affirmé que les convois d’aides humanitaires seront davantage protégés.

Le Burkina Faso fait face, depuis plus de trois ans, à des attaques terroristes récurrentes, faisant des victimes aussi bien du côté des Forces de défense et de sécurité (FDS) que des civils.

L’une des attaques les plus sanglantes est celle enregistrée le 19 août dernier à Koutougou (Sahel) où l’armée nationale a perdu 24 soldats, mais est parvenue à «neutraliser» 40 terroristes.

ALK/cat/APA

Commentaires
Haut