Burkina

10 Septembre 2019 – Situation sécuritaire, société et politique au menu des quotidiens burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini – Les journaux burkinabè de ce mardi évoquent, entre autres sujets, la politique et les faits de société, sans oublier la situation sécuritaire marquée par la recrudescence du terrorisme ces derniers jours.

«Burkina Faso: 29 civils et 6 pandores tués au Centre-Nord et Sahel : On ne sait plus quoi dire…», barre à sa Une le quotidien privé Aujourd’hui au Faso.

Dans son commentaire, le journal fait remarquer que «le titre pourrait dire aussi +aveu de manque d’inspiration+. Ou d’impuissance», avant de relever que «mais c’est plutôt l’expression du summum de l’exaspération, de la désolation et du dépassement».

Selon Aujourd’hui au Faso, «le décompte parle. Lugubrement. En l’espace de moins d’un mois, de quelques semaines».

De son côté, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso (2e capitale du Burkina Faso), dans sa rubrique ‘’Autant le dire’’, titre «Attaques terroristes, il y a problème».

Pour sa part, Le Pays, dans ses ‘’Révélations’’, informe que des présumés terroristes se sont évadés de leur cellule au commissariat de Bogodogo à Ouagadougou.

«D’après nos informations, ils (les terroristes évadés) ont réussi à perforer le mur de leur cellule pour s’enfuir», rapporte le confrère, ajoutant que les évadés «auraient utilisé leurs urines pour humidifier les briques, facilitant ainsi, leur soustraction».

Le Pays publie aussi un communiqué du Comité international de la croix rouge et du croissant-rouge (CICR) qui évoque la situation humanitaire au Burkina Faso et dans lequel il ressort que «plus de 500 000 personnes (sont) privées de soins de santé».

De son côté, le quotidien national Sidwaya consacre sa Une à un autre fait de société, notamment, la planification familiale, affichant : «Sans suivi médical, bonjour les complications !».

Sous le titre exclamatif: «Zimbabwe : hommage à un héros !», le même journal revient sur le décès (le 6 septembre 2019) de l’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe, informant que les obsèques auront lieu le 14 septembre prochain.

Dans sa rubrique ‘’Mardi politique’’, Le Pays donne la parole au député-maire de l’arrondissement n°4 de Ouagadougou, Anatole Bonkoungou qui avoue que «la gestion du foncier dans notre arrondissement, a été mauvaise et malsaine».

Le journal relate également que le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry a rencontré, hier lundi à Ouagadougou, les représentants des partis politiques et ceux des Organisations de la société civile (OSC) du Burkina Faso.

«Au cours des échanges, il (Newton Ahmed Barry) leur a fait le point des préparatifs pour la révision et la constitution du fichier électoral devant servir pour les élections de 2020 et 2021», rapporte Le Pays qui mentionne que pour la présidentielle et les législatives prochaines, «l’enrôlement débute le 1er janvier 2020».

A ce propos, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés, parle du «chronogramme de Newton», là où L’Express du Faso met en exergue «la CENI en concertation avec les partis politiques».

ALK/cat/APA

Commentaires
Haut