Musique

Sidiki Diabaté aux “chinois” : « DJ Arafat s’est couché, il faut taire les querelles »

La star malienne a donné son analyse de la situation musicale ivoirienne et de sa relation privilégiée avec l’artiste disparu

Photo : DR

Présent à Abidjan dans le cadre des obsèques de DJ Arafat, l’artiste malien Sidiki Diabaté qui a offert son disque de platine au disparu, revient sur la douleur qui l’a envahi après la disparition de son ami. Avant de quitter Abidjan, il a appelé les artistes à ne pas abandonner la famille du disparu.

« Arafat s’est couché. Il faut taire les querelles. J’encourage les artistes à aider sa femme et ses enfants ainsi que ceux qui étaient dans son entourage. Il ne faudrait pas les laisser uniquement à la charge du Chef de l’Etat, du ministre Hamed Bakayoko, de Drogba Didier ou d’Eto’o Fils », a-t-il préconisé. Poursuivant, il a indiqué que la nation doit être concernée par le devenir de sa famille car on ne doit pas voir sa femme et ses enfants mendier.

Egalement, il a demandé à la “Chine”, appellation des fans de l’artiste, de pardonner à Debordo, Ariel Sheney, Serges Beynaud et Molare. « Il est temps pour que tout le monde soit solidaire. Faire la guerre à ces gens ne réveillera pas Arafat. Il a plutôt besoin de nos prières. Tous, nous devons respecter l’esprit du défunt », a-t-il fait savoir. Concernant l’après-Arafat, il a demandé à ses fans et aux artistes qui ont été marginalisés par ceux-ci de se pardonner.

A propos du disque de platine qu’il a offert à DJ Arafat, il explique son geste par le fait que le “Daïshikan” l’a véritablement aimé. « Malgré tout ce que les gens ont raconté, nous sommes restés de vrais amis. Certains disaient qu’il allait me clasher un jour, quand d’autres ont eu même à dire qu’il serait sorti avec ma copine et aurait même insulter ma maman. Il n’a pas manqué de sortir, une fois, son arme pour me protéger contre un autre artiste ivoirien. Une preuve qu’il m’aimait réellement et sans hypocrisie », a-t-il fait savoir.

Très affecté par le décès et la profanation de la tombe de son ami Arafat DJ, il soutient s’être réfugié dans sa foi. « C’est vrai que la séparation était difficile mais j’essaie de surmonter cela. Chez nous les Musulmans, il y a ce qu’on n’appelle “ni man ya” c’est-à-dire avoir la foi. Cela est très important et nous permet d’accepter qu’un jour nous allons mourir mais avant cette étape inévitable, il faut faire du bien. Et je pense qu’après le décès d’Arafat, je suis davantage conforté dans la foi », dira-t-il. Et d’ajouter qu’il est très attaché à la religion qui enseigne que tout est éphémère sur cette terre des hommes.

En ce qui concerne l’acte abominable de la profanation de la tombe de DJ Arafat, il s’est interrogé : « comment comprendre que DJ Arafat, celui-là qui s’est forgé un caractère de son vivant, puisse subir une telle chose à sa mort? Des gens qui ne pouvaient même pas le regarder, se permettent d’aller déterrer son corps. Pis, enlever ses habits (…) Et je souhaite que l’âme d’Arafat repose en paix. »

Lire la suite de l’article sur Fraternité Matin.info/culture

Commentaires
Haut