Gouvernement

Le général Diomandé « ne pense pas (avoir) été nommé essentiellement pour les élections »

général-diomandé-vagondo-armée-sécurité-ministère-rhdp

Gal. Diomandé Vagondo a été cité à plusieurs reprises au procès du putsch manqué du Burkina Faso

Photo : DR

Abidjan, 05 septembre 2019 – [ALERTE INFO] – Le général Diomandé Vagondo, chef d’état-major particulier du président ivoirien Alassane Ouattara, a affirmé jeudi à Abidjan qu’il « ne pense pas » avoir été nommé ministre de la Sécurité et de la protection sociale « essentiellement pour les élections » prévues en 2020, à l’issue du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement formé mercredi.

Le général Vagondo a déclaré qu’il « ne pense pas » que sa nomination intervienne « en vue des élections », même si ses actions pour « garantir la sécurité des citoyens seront de nature à apaiser l’atmosphère générale en vue des élections », face à la presse.

« C’est au profit de toutes les populations que nous allons agir. Il ne s’agit pas de se focaliser sur un point particulier, de nature à faire croire que nous avons été nommé essentiellement pour les élections », a-t-il poursuivi, ajoutant que « toutes les populations (…) doivent pouvoir vaquer librement à leurs occupations sans crainte d’être agressées ».

Chef d’état-major particulier de M. Ouattara depuis 2013, le général de corps d’armée, 59 ans, « prend cette nomination comme la consolidation de la confiance » que le président « n’a jamais cessé de placer » en lui.

Connu pour sa discrétion et sa rigueur dans le milieu, Diomandé Vagondo a été cité (avec d’autres officiers ivoiriens) à plusieurs reprises au procès du putsch manqué de 2015 au Burkina Faso, pendant lequel il a été accusé d’avoir apporté une aide aux putschistes.

En octobre 2017, le site d’informations français Médiapart avait publié des extraits de l’ordonnance sur ce putsch, indiquant que le général Gilbert Diendéré (condamné lundi à 20 ans de prison pour « attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres ») avait affirmé « avoir reçu de l’argent (84 millions F CFA) et du matériel de maintien de l’ordre de la part de Vagondo Diomandé ».

« Je ne suis au courant de rien et je suis sûr que mon chef d’état-major particulier n’est pas mêlé à cette affaire », avait réagi Alassane Ouattara, lors d’une interview diffusée sur une chaîne internationale.

Le nouveau gouvernement ivoirien compte 41 ministres, sept secrétaires d’Etat et un ministre auprès de la présidence, chargé des Affaires économiques et financières.

MYA

Commentaires
Haut