Environnement

L’OAPI va s’investir dans le changement climatique

Selon lui, la technologie et la propriété intellectuelle peuvent offrir des solutions aux effets de changement climatique

Photo : APA

APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola – Le directeur général de l’Organisation africaine de la propriété Intellectuelle (Oapi), Denis. L. Bohoussou, a déclaré à APA que l’institution dont il a la charge va désormais s’investir dans le changement climatique.

Interrogé à Yaoundé, la capitale camerounaise, en prélude à la célébration, le 13 septembre 2019 à N’Djamena (Tchad), de la 20ème édition de la Journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle, il a justifié cet intérêt par le fait que le système de la propriété intellectuelle est un maillon important dans sa mission de contribution au développement technologique et économique des États.

« Il s’agit de sensibiliser les décideurs politiques, les opérateurs économiques, les chercheurs et la communauté scientifique, sur le rôle que joue la propriété intellectuelle dans l’approche des solutions aux effets du changement climatique. »

Selon lui, la technologie et la propriété intellectuelle peuvent offrir des solutions aux effets de changement climatique à travers l’exploitation de l’information technique contenue dans les brevets d’invention, toute chose qui devrait être utilement exploitée par les États, notamment dans les domaines de l’énergie, de la production d’eau et des techniques agricoles.

« Le contenu de ces brevets peut d’une part, être librement exploité, lorsque les brevets y relatifs sont tombés dans le domaine public, et d’autre part contribuer à soutenir l’innovation de nos chercheurs afin de développer des solutions endogènes aux problématiques de notre environnement », explique Denis. L. Bohoussou.

Par ailleurs, et selon lui, le développement et l’exploitation de nouvelles variétés végétales, plus aptes à résister aux effets de changement climatique, permet de renforcer la productivité agricole et contribuer ainsi à la sécurité alimentaire.

Lire aussi :
Des chercheurs recommandent de nouveaux curricula de formation contre les changements climatiques

C’est dans cette optique que s’inscrit le projet de protection et de promotion du système des obtentions végétales, avec pour enjeu, pour l’Oapi, de renforcer et de promouvoir le système de protection des obtentions végétales dans les 17 pays membres afin de stimuler la productivité agricole, contribuer à la sécurité alimentaire et promouvoir le développement durable de ces États.

Et Denis. L. Bohoussou d’inviter la société civile, le monde de la recherche, les acteurs économiques à redoubler d’efforts pour créer une synergie nationale, afin de réfléchir aux solutions pérennes face aux défis de l’environnement africain, et d’intégrer pleinement la technologie et la propriété intellectuelle comme moyens efficaces de résilience face au changement climatique qui affecte désormais toutes les strates socioéconomiques.

FCEB/cat/APA

Commentaires
Haut