Football

Crise à l’Africa Sports d’Abidjan : Vagba et Antoine Bailly s’engagent à cogérer le club

Ce protocole permet notamment de rapprocher ces deux personnalités qui étaient en conflit

Photo : APA

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – Alexis Vagba et Antoine Bailly, deux leaders de l’Africa Sports d’Abidjan, qui se disputaient la présidence de ce club de football, se sont officiellement engagés vendredi à cogérer la formation jusqu’à la prochaine Assemblée générale élective, selon un protocole d’accord transactionnel.

Ce protocole d’accord transactionnel, signé par les deux parties le 22 août 2019, a été officiellement présenté vendredi au siège de la Fédération ivoirienne de football (FIF) à Abidjan, en présence du président de l’instance fédérale Augustin Sidy Diallo. Il a été lu par Sam Etiassé, directeur exécutif de la FIF.

Les parties ont convenu, selon le protocole, que « la gouvernance du club sera assurée par le bureau exécutif composé de façon paritaire par des membres désignés par chacune des parties qui s’engagent à procéder à la désignation des membres dans les 72h qui suivent la signature du protocole ».

Selon le protocole, « la présidence du bureau exécutif sera assumé par M. Alexis Vagba, et M. Antoine Bailly, quant à lui, assurera la présidence déléguée de la section football du club (tandis que) le poste de vice-président en charge des finances sera assuré par M. Imad Zarour ».

Les parties se sont en outre accordées sur le fait que « le poste de vice-président en charge de l’organisation sera confié à M. Dosso Aboubacar, et celui de secrétaire général du club à M. Diomandé Adama ».

Concernant les pouvoirs de décisions, les deux camps belligérants ont arrêté que « les décisions seront prises de façon collective par M. Alexis Vagba et M. Antoine Bailly, chacune des parties devant associer l’autre dans la prise de décisions » au sujet du club.

Ils se sont engagés à la fin de la saison sportive 2019-2020 à « organiser une Assemblée générale élective au plus tard le 31 juillet 2020 sous la haute supervision de la FIF et précédée par une Assemblée générale extraordinaire destinée à réviser de façon consensuelle les textes régissant le club ».

L’Assemblée générale extraordinaire devrait intervenir au plus tard le 31 mars 2020. M. Vagba dont une sanction de la FIF a été levée, veut reprendre son poste de président, mais M. Bailly, a été déjà porté par le club à cette fonction. Les deux leaders se sont engagés à coopérer dans l’intérêt du club.

Au niveau de la gestion financière du club, le texte indique que « toutes les ressources financières du club seront logées sur un ou des comptes bancaires ouverts au nom de l’Africa Sports d’Abidjan et ces comptes fonctionneront selon le principe de signature conjointe, deux à deux ».

Détaillant le principe de signature conjointe, M. Sam Etiassé a relevé que la signature A est attribuée à M. Vagba, la signature B à Antoine Bailly, la signature C à Imad Zarour et la signature D à Dosso Aboubacar. Et peuvent signer ensemble Vagba/Bailly (AB), Vagba/Zarour (AC) et Bailly/Dosso (BD).

La gestion technique a été aussi revue. Les parties s’interdisent « de procéder à un recrutement séparé des joueurs, des membres de l’encadrement et de tout autre personnel », décidant « de fusionner les équipes constituées de joueurs recrutés séparément lors de la crise pour en faire une et seule équipe ».

Après des poignées de mains, M. Antoine Bailly a insinué avoir accepté ce protocole parce que l’Africa Sports d’Abidjan est un « bien commun », exhortant « les membres associés à mette balle à terre (car) il faut faire des sacrifices » pour construire le club. Son « combat », selon lui, vise « l’intérêt du club ».

Pour sa part, Alexis Vagba, a « particulièrement remercié » M. Bailly parce qu’il pense que ce dernier «a fait beaucoup d’efforts pour qu’on arrive à cette situation ». Il a déclaré « nous sommes des frères et il y a longtemps qu’on est ensemble, tout ce qu’on souhaite, c’est que l’Africa aille de l’avant ».

Ce protocole permet notamment de rapprocher ces deux personnalités qui étaient en conflit. Le protocole d’accord transactionnel est un document qui met fin à un litige qui oppose deux parties et qui a force de loi. Il fait office d’autorité de la chose jugée.

Ce document lie les deux parties et la justice ne peut pas prendre une autre décision contraire à celle qui a été prise, a fait observer M, Sam Etiassé, qui a mentionné qu’il prend effet de la date de signature jusqu’à la fin de la saison 2019-2020.

Le club de football Africa sports d’Abidjan est secoué depuis bientôt un an par une grave crise opposant ses dirigeants, notamment catalysée par ces deux parties. Chacune se réclamant être le président légitime ou légal du club.

Cette crise a eu de graves conséquences sur le fonctionnement et les résultats sportifs du club entraînant des dysfonctionnements au niveau de la gouvernance. A défaut de l’application intégrale de ce protocole d’accord transactionnel, la FIF se réserve le droit de mettre le club sous normalisation.

AP/ls/APA

Commentaires
Haut