Finances publiques

Les impôts mobilisent 1 193,2 milliards FCFA au 1er semestre 2019

Le directeur général de cette régie financière, Abou Sié Ouattara.

Photo : d'archives

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – La direction générale des impôts a mobilisé 1193,2 milliards FCFA au premier semestre 2019 sur un objectif de 1196,5 milliards FCFA, soit un écart négatif de 3,3 milliards FCFA pour un taux de réalisation de 99,7%, a annoncé, vendredi à Abidjan, le directeur général de cette régie financière, Abou Sié Ouattara.

Le patron des impôts a communiqué ces chiffres à l’ouverture des travaux d’un séminaire bilan du deuxième trimestre et du premier semestre 2019 dont l’objectif est de permettre à chacun d’être situé, non seulement sur les réalisations et les acquis de la direction générale des impôts (DGI), mais également d’orienter la réflexion sur les insuffisances, les potentialités et les capacités réelles de cette régie à relever les défis à venir, notamment ceux relatifs à la réalisation des objectifs des recettes du deuxième semestre de l’année 2019.

« Les recettes brutes de la DGI au titre du deuxième trimestre 2019, s’établissent à 702,1 milliards FCFA pour un objectif de 703,2 milliards FCFA. La DGI enregistre ainsi un écart négatif de 1,1 milliard FCFA, soit un taux de réalisation de 99,8% », a souligné Abou Sié Ouattara.

A l’échelle du premier semestre, a-t-il indiqué, « les recettes se chiffrent à 1 193,2 milliards FCFA pour un objectif de 1196,5 milliards FCFA. Il en découle un écart négatif de 3,3 milliards FCFA pour un taux de réalisation de 99,7% ».

Selon le directeur général des impôts, « il convient de préciser que ce résultat global est en hausse de 7,3% par rapport à celui de la même période de l’année 2018 ».

« Il s’agira au cours de cette journée, à la suite de la présentation qui sera faite par la direction de la planification, des études et statistiques fiscales de procéder ensemble à l’analyse des résultats et des performances enregistrées par nos services durant le premier semestre de l’année », a expliqué M. Ouattara.

Cet examen rétrospectif, mais également introspectif de nos activités du deuxième trimestre, et surtout de nos résultats au 30 juin 2019, a poursuivi le directeur général des impôts, est nécessaire, car il constitue le point de départ indispensable à l’enrichissement de notre vision dans la perspective de la réalisation optimale des objectifs déterminés pour le second semestre de l’année.

Les projections de recettes attendues pour le troisième trimestre 2019 s’établissent à 630 milliards FCFA.

«La réalisation de cet objectif est à notre portée au regard du potentiel économique de la Côte d’Ivoire et de notre organisation qui se renforce chaque jour un peu plus avec l’appui des nouvelles technologies qui simplifient et assurent la rapidité et la fluidité dans l’exécution de nos tâches», a-t-il soutenu, invitant «tous les services à s’approprier les nouveaux outils de gestion dont la généralisation est en cours».

En dépit de cette «contre-performance légère » liée notamment au faible niveau de recouvrement de l’impôt foncier, Yaya Kého, directeur de cabinet adjoint du Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat, a félicité les agents des impôts pour le travail abattu.

« On vous demande beaucoup parce qu’en face, il y a des dépenses ambitieuses », a-t-il expliqué, soulignant les défis de 2019 qui sont notamment le Programme social du gouvernement (PSGouv), la Couverture maladie universelle (CMU), des problèmes structurels au niveau de la noix de cajou, la taxe sur les activités de télécom.

« Je voudrais attirer votre attention sur la nécessité d’élargir l’assiette de certains impôts et la lutte contre la fraude », a insisté M. Kého.

Pour lui, « ces efforts doivent être appuyés par un dispositif automatisé d’analyse risques qui permet de cibler les contrôles, mais aussi une amélioration du recouvrement des liquidations issus des contrôles ».

LS/APA

Commentaires
Haut