Cameroun

Seules 30% des mères allaitent leurs bébés

«Pour réduire la mortalité néonatale et infantile, l’allaitement maternel exclusif reste incontournable de zéro à six mois», selon l’ACAFEM

Photo : Archives

APA – Douala (Cameroun) De notre correspondant Achille Mbog – L’allaitement maternel des nourrissons âgés de zéro à six mois ne représente que 30% au Cameroun, a révélé mercredi l’Association camerounaise des femmes médecins (ACAFEM), célébrant dans le cadre d’une activité la semaine nationale dédiée à ce type d’allaitement.

« D’après les statistiques de la dernière enquête de démographie de santé de 2018, à peine 30% des nourrissons de zéro à cinq mois sont sous l’allaitement maternel exclusif. Alors qu’on devrait s’attendre à un taux de 50% au moins jusqu’à six mois », a soutenu Pr. Anne Esther Njom Nlend, présidente de l’ACAFEM, notant par ailleurs que « les chiffres sont encore plus bas à six mois ».

Selon cette association composée essentiellement de pédiatres, 70% des mères qui donnent le lait maternel à leurs bébés ajoutent des aliments comme la bouillie ou la farine.
Sauf que « pour réduire la mortalité néonatale et infantile, l’allaitement maternel exclusif reste incontournable de zéro à six mois », a-t-elle estimé.

Anne Esther Njom Nlend ajoute : « Notre action cette année vise le renforcement d’une coalition qui réunit toutes les associations qui interviennent dans le domaine périnatal ».

D’autres spécialistes ont également souligné que des risques de survenance d’AVC et des prédispositions à l’obésité chez les personnes adultes n’ayant pas été bien nourries au lait maternel pendant les six premiers mois ayant suivis leur naissance sont bien possibles.

Voilà l’explication, selon eux, de cette journée qui vise en partie à sensibiliser sur les bonnes pratiques en allaitement, sans oublier les causeries éducatives avec des mères allaitantes.

« Il est également question d’impliquer les pères et les familles afin qu’ils aident les mamans à allaiter. Parce que, souvent, la mère veut allaiter, mais sa belle-mère par exemple lui fait savoir que le lait ne suffit pas et qu’il faut donner en plus la bouillie au bébé », ont-ils aussi souligné.

Appelant à dépasser les freins culturels qui n’ont « aucun fondement scientifique », l’ACAFEM insiste par ailleurs sur l’importance d’allaiter les bébés étant donné « qu’une femme qui ajoute des compléments alimentaires à l’allaitement de son bébé avant ses six mois n’aide pas son enfant ».

MBOG/odl/cd/APA

Commentaires
Haut