Justice

Procès afficheurs contre l’Etat de Côte d’Ivoire : «l’affaire mise en délibéré pour la semaine prochaine» (Avocat)

Dans le district d’Abidjan, le ministère a entamé une opération de démantèlement des panneaux publicitaires « non autorisés »

Photo : APA

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – L’affaire opposant la Chambre des afficheurs de Côte d’Ivoire (CAFCI) à l’Etat de Côte d’Ivoire « a été mise en délibéré pour la semaine prochaine » après une audience vendredi au Tribunal de première instance d’Abidjan, a appris APA de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.

« L’audience de ce jour a eu lieu et l’affaire a été mise en délibéré pour la semaine prochaine », a dit à APA, dans un entretien téléphonique, Me Oupoh Carine, l’avocate de la CAFCI.

Les afficheurs professionnels de Côte d’Ivoire ont assigné en justice le ministère ivoirien de la communication et des médias (leur tutelle) afin de faire cesser la « destruction illégale » de leurs dispositifs publicitaires en cours depuis quelques mois dans le district autonome d’Abidjan.

Vendredi dernier, au terme de la première audience, le juge avait décidé « un renvoi ferme » de l’affaire à ce vendredi. Le ministère de la communication et des médias a entamé depuis quelques mois dans le district autonome d’Abidjan, une opération de démantèlement des panneaux publicitaires « non autorisés ».

Jeudi, lors de la conférence de presse dénommée les « Rendez-vous du gouvernement », le ministre de la communication et des médias, Sidi Touré, justifiant cette opération de démantèlement de panneaux publicitaires « non autorisés » a soutenu que « nous sommes dans notre rôle institutionnel de garantir la sécurité des ivoiriens ».

Il a dénoncé une « anarchie visuelle » du fait de ces panneaux dans la capitale économique ivoirienne où 1629 « dispositifs publicitaires irréguliers » ont été dénombrés, soit 30% inconnus des services du Conseil supérieur de la publicité (CSP, régulateur).

Selon M. Touré, 8776 panneaux publicitaires jonchent les rues du district autonome d’Abidjan alors ce sont seulement 3000 qui devraient être admis selon les normes. A ce jour, a par ailleurs, fait savoir M. Touré, plus de 500 panneaux publicitaires « inconnus à la propriété » ont été détruits.

« Nous n’allons pas reculer sur ce sujet. Nous irons jusqu’au bout », a conclu le ministre.

LB/ls/APA

Commentaires
Haut