Politique

« La Francophonie ne doit pas être une mini-Nations unies » (Secrétaire générale)

OIF - Rwanda - Louise Mushikiwao - francophonie

Elle leur a recommandé d’éviter « les débats qui attisent les conflits régionaux, différends religieux, culturels ou sociétaux »

Photo : Archives

Abidjan, 08 juillet 2019 – 17H31 GMT [ALERTE INFO] – La Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, a exhorté lundi à Abidjan les parlementaires à « éviter de prendre position sur des débats traités dans d’autres enceintes », estimant que l’organisation « ne doit pas être une mini-Nations unies », à l’ouverture de la 45e session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).

« Evitons de prendre position sur des débats traités dans d’autres enceintes. La Francophonie ne doit pas être une mini-Nations unies », a exhorté Mme Mushikiwabo, appelant les parlementaires francophones à ne pas « tenir sur la place publique des débats qui provoquent des clivages, surtout entre le nord et le sud ».

Elle leur a également recommandé d’éviter « les débats qui attisent les conflits régionaux ou encore qui mettent en lumière les différends religieux, culturels ou sociétaux », ajoutant : »nous venons de différentes géographies, mais nous sommes une même organisation ».

« Je crois beaucoup au sens de l’écoute, de l’échange. Je ne crois pas aux injonctions », a poursuivi la Secrétaire générale, qui a dit avoir une approche basée sur le « dialogue, le partage d’expérience », dans son discours.

Louise Mushikiwabo a par ailleurs annoncé la mise en place « dès septembre » à l’Organisation internationale de la Francophonie de « l’unité pour l’égalité entre les femmes et les hommes », dans le respect des « engagements pris par les Chefs d’Etats et de gouvernement à Madagascar, au sommet de la Francophonie en 2016 ».

Les activités de la 45e session de l’APF ont débuté depuis vendredi à Abidjan et prendront fin mardi.

MYA

Commentaires
Haut