Culture

En visite chez le Mogho Naaba Bâongo: Amoa Urbain prône le pardon et la réconciliation

Pr Urbain Amoa, à la faveur d’une cérémonie de dédicace de son recueil de poèmes intitulé « Le Soleil Éclatant », au Palais royal

Photo : DR

Le pardon, la réconciliation et la paix doivent toujours caractériser les relations entre «les peuples frères et amis» ivoirien et burkinabè, a instruit le Pr Urbain Amoa, lors d’une visite à la cour royale du Mogho Naaba Bâongo, rapporte une note du service communication de l’écrivain et homme de culture.

«Je voudrais exhorter mes frères ivoiriens et ceux du Faso à la paix et à la réconciliation, afin que ces deux peuples désarment la violence verbale en pratiquant l’élégance langagière, qu’ils désarment aussi leur cœur en se pardonnant pour oublier progressivement le mal fait aux uns et autres», a-t-il déclaré, samedi dernier, à la faveur d’une cérémonie de dédicace de son recueil de poèmes intitulé « Le Soleil Éclatant », Palais royal « Panghin » de Ouaga.

Pour l’hôte du Mogho Naaba Bâongo, s’il est vrai que les relations entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso sont aujourd’hui au beau fixe, il reste que «l’histoire des deux pays frères, unis par l’histoire et des liens fraternels séculiers», a longtemps été secouée par des tensions, des affrontements fratricides et «des conflits communautaires».

Homme de lettres, enseignant et chercheur, spécialiste des questions de royauté en Afrique, Amoa Urbain a souhaité aussi que «le Mogho Naaba Bâongo puisse offrir davantage de textes poético-philosophiques aux futures générations, pour que naisse en Afrique une nouvelle race de chefs dits traditionnels, afin de constituer au cœur des États modernes, une chefferie rationnelle et éclairée, nourrie de l’expérience des anciens, doublée de grandes compétences professionnelles et humaines».

Lire l’article intégral sur FratMat.

Commentaires
Haut