Politique

Fraude sur la nationalité en Côte d’Ivoire : ce que Bédié « a dit est faux »

Hamed-bakayoko-rhdp-rdr-abodo-politique-securité-défense

« Les communautés d’Abobo ont souffert (…) de grâce, laissez Abobo en paix », a-t-il poursuivi

Photo : Archives

Abidjan, 21 juin 2019 – 15H42 GMT [ALERTE INFO] – Le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bakayoko, par ailleurs maire d’Abobo, a rejeté vendredi les récents propos du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition) Henri Konan Bédié révélant l’existence d’un réseau de fraude sur la nationalité ivoirienne dans cette commune abidjanaise.

« Je ne voulais pas évoquer la question mais je suis obligé de dire qu’à Abobo, on n’a pas apprécié les déclarations du président Bédié concernant Abobo. Ce qu’il a dit est faux. Avec tout le respect il n’y pas d’autres termes », a-t-il déclaré, lors d’une cérémonie, en marge de l’inauguration d’un hôpital à Abobo.

« Les communautés d’Abobo ont souffert de la division, de la xénophobie et de l’Ivoirité. De grâce, laissez Abobo en paix », a-t-il poursuivi.

Dans des propos à la cantonade mais dont on devinait la personne qu’ils visaient, Hamed Bakayoko, a également critiqué Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée, devenu opposant au pouvoir depuis sa démission de la présidence du parlement.

« Tu es le plus petit, tu n’es pas plus fort que le plus grand. Tu n’as plus de légitimité et tu veux le dépasser. Quand tu fais ça, tu veux désorganiser la famille. Tu as été ministre et président d’Institution et tu dis que tu es frustré. Mais et ceux qui n’ont rien? Ceux qui ont perdu leurs parents? », a-t-il lancé.

Lire aussi :
Des jeunes se réclamant de la région de l’Iffou demandent à Bédié « d’arrêter d’être xénophobe »

Longtemps considéré comme le rival de M. Soro à la succession du chef de l’Etat, le ministre de la Défense a reproché à l’ancien président de l’Assemblée nationale d’être un ambitieux impatient.

« Il faut savoir garder nos ambitions personnelles pour réaliser nos vraies vies. Même quand tu seras président, tu vas vouloir être président de l’Afrique », a-t-il conclu.

SKO

Commentaires
Haut